79481396_p

"Quand on élève des enfants dans le Sud, on fabrique des Sudistes. Et Dieu a rangé les Sudistes dans la catégorie des imbéciles."

Pat Conroy est de ces écrivains que j'aime. Ils sont rare. Je dis souvent "J'aime bien", "J'adore", mais le "J'aime" est plus rare. Pat Conroy écrit sur ce qu'il connaît et sur ce que j'aime (encore!): l'Amérique profonde et les sagas familiales à vous prendre aux tripes. J'avais dévoré Charleston Sud, du même auteur, mon amie Marine m'a offert Le Prince des Marées dans la foulée.

Quatrième de couverture

"Tom, Luke et Savannah ont grandi au paradis, dans le sud faulknérien, sur la petite île de Melrose où leur père pêchait et leur mère régnait par sa beauté. Comment survivre à tant de bonheur et de poésie? Leur enfance éblouie et perdue préfigure les drames inévitables de l'âge adulte. Parce qu'ils refusent de mûrir, de vieillir, leurs rêves d'art, d'exploits, de justice, vont se heurter à la brutalité du monde réel. La géniale et tragique Savannah et ses frères affrontent l'amour, la solitude et la peur de vivre avec une ironie désespérée. De leurs blessures inguérissables naissent des fous rires sans fin et une immense tendresse.

Entre l'émotion et la vivifiante intelligence, Le Prince des Marées est un de ces livres magiques qui peuvent vous briser le coeur, un de ceux que l'on oublie jamais." 

A mon humble avis: 

Ce roman est un chef d'oeuvre. Un chef d'oeuvre de poésie, de tendresse et de tragédie. Les 1070 pages ne sont pas de trop et elles défilent plus vite qu'on ne l'imagine. 

Tout commence lorsque Savannah se tranche les veines pour la énième fois. Tom, son frère jumeau, décide de partir voir sa soeur hospitalisée à New-York, non sans apprendre peu avant que sa femme le trompe. Au chômage, il n'a plus rien à perdre et va rencontrer la psychiatre de sa soeur, afin de l'aider à reconstituer l'histoire familiale, qui pousse Savannah à se détruire.

Ce que Tom ignore, c'est que c'est lui, qu'il va aider. Sous l'enfance en apparence heureuse se cache un père qui n'a que ses poings en guise d'affection, une mère qui ment et décide d'oublier les drames pour sauver les apparences, par "loyauté familiale". Un grand-père obsédé par Jésus, une grand-mère qui a vécu contre les bonnes moeurs de l'époque et nous avons une fresque familiale complète. Savannah, victime très tôt d'hallucinations et de pertes de mémoire, Luke, le garçon fort et qui n'a peur de rien, Tom, l'idéaliste. 

Cette fresque nous offre des scènes poignantes mais également d'autres pleines d'humour, je pense notamment à ce moment où la grand-mère va "essayer" un cercueil, ou encore quand les Wingo vont récupérer le marsouin blanc. Il y a également la poésie, présente à chaque page, où chaque détail du quotidien prend une importance éblouissante (même la pêche aux crevettes en devient passionnante). Pat Conroy a ce génie de nous faire visualiser, sentir, ressentir ce sud. 

Et puis il y a la tragédie, celle qui changera la vie de tous même s'ils font le pacte d'oublier. Il ne s'est rien passé et pourtant chacun est rongé par cet évènement terrible, douloureux, indescriptible.

Je ne peux rien ajouter de plus si ce n'est que si vous l'avez chez vous, vous êtes en possession d'un grand roman, qui vous prendra aux tripes.

Quelques extraits?

"Voir une femme lever les bras pour dresser une fleur dans ses boucles continue d'évoquer pour moi un acte d'une beauté et d'un raffinement indescriptibles."

"Passer l'éponge sur un simple larcin est une chose aisée, tant que l'objet du délit n'est pas votre enfance."

"J'apprenais à mes élèves que savoir perdre demandait du talent et savoir gagner était la marque du véritable adulte."

79481444_o