001

"En tant qu'écrivain, j'ai toujours subodoré que les mots possédaient une certaine magie". 

 

Après ma lecture du premier tome, j'avais hâte de retrouver les aventures d'Elena et ses compagnons de route. Mon Homme en est déjà au tome 4, tellement ce cycle le passionne! Si tu n'as pas lu le premier tome et que tu comptes le lire, attention au spoiler.

Quatrième de couverture : 

"Elena porte désormais la marque de la sor'cière dans la paume de sa main. Cette tache écarlate est la preuve d'un don fabuleux à la puissance inimaginable: un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie sanglante peut s'opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir. Pourtant Elena n'est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d'une cité perdue où, selon la prophétie, un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir. Mais si celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terrible..." 

Encore une "grosse" lecture avec un peu plus de 630 pages... qu'on ne voit pas défiler! 

Après la grosse bataille qui conclut le premier tome, nous retrouvons nos héros, qui avaient besoin d'un peu de repos. Très vite, l'action reprend le dessus et James Clemens nous donne le ton en faisant intervenir des créatures aussi répugnantes les unes que les autres: une femme qui donne naissance à des araignées mortelles (et les contrôle) et plein d'autres bêtes de ce genre.

Surtout, de nouveaux personnages interviennent. Ils sont trop nombreux pour que je les cite tous, mais tous aussi passionnants les uns que les autres, notamment au niveau des dragons et des mer'ai. Les jumeaux de la Citadelle, même s'ils sont mauvais, ont quelque chose de passionnant. La force de James Clemens, d'ailleurs, c'est que malgré tous ces personnages, à aucun moment on ne se perd. 

Comme je l'avais déjà précisé, à la base, la fantasy, ce n'est pas mon domaine de prédilection, car en général, c'est un genre assez compliqué à lire. Or, ce cycle est facilement accessible; je ne sais pas quel est le secret de l'auteur, mais c'est très réussi! 

Les chapitres sont très longs, mais là encore, cela permet de mieux détailler et étoffer le récit. J'ai beaucoup aimé le passage dans le marais, très riche en descriptions sur la nature; on s'y croirait, tout comme la caverne avec le dragon. 

Elena évolue, forcément, elle commence à se rendre compte de l'étendue de son pouvoir. On sent également que ses relations avec le guerrier vont sûrement être amenées à changer au fur et à mesure qu'elle devient femme. 

Les personnages secondaires ne sont pas en reste; personnellement, je suis très attachée au loup, à l'O'gre et à l'homme des montagnes. En revanche, j'ai beaucoup de mal avec Mogweed!

Ce long voyage entrepris par Elena et ses protecteurs est riche en surprises, en émotions aussi. 

Seul petit bémol de rien du tout, les personnages qui donnent du "Douce mère" à tout va. Mais ce n'est rien.

Bref, vous l'aurez compris, ce tome, par sa richesse en rebondissements et en précision, m'a conquise! 

Extraits choisis: 

"Tant qu'il y a de la pierre sous nos bottes et un coeur dans notre poitrine, nous sommes chez nous."

" -Nous avons tous fait des choix difficiles, déclara enfin Kral.

-  Oui, mais on nous a donné la possibilité de les faire, rappela timidement Elena. Ces pauvres élémentaux innocents n'ont pas voix au chapitre. Ils mettront eux-même fin à leur vie sans s'en rendre compte.

- Mais qu'est-ce qui est le plus cruel: savoir ou ne pas savoir? lança Mogweed".