petits-secrets---grand-mariage-330769-250-400

Lorsque les éditions Harlequin m'ont proposé de faire connaissance avec leur nouvelle collection, "&H", cette couverture m'a tout de suite tapée dans l'oeil. Je l'ai mis de côté pour cette période de l'année où j'ai besoin de lectures légères pour compenser mes journées chargées.

pres1

"Elinor se fiche bien que la saison batte son plein à Londres. Pendant que les autres filles dansent dans les salons en espérant y ferrer un mari, elle trouve son bonheur à la campagne et dans la peinture… Jusqu’à sa rencontre avec le séduisant lord Ravenhurst, qui se moque de ses airs revêches et l’attire par sa drôlerie et sa conversation. Sans compter que, grand amateur d’art comme elle, il est à la recherche d’un objet précieux qu’on lui a volé. Et ça, se lancer dans une folle aventure pleine de rebondissements avec un jeune gentleman juste un peu débauché et vraiment très séduisant, l’intrépide Elinor n’est pas sûre de pouvoir y résister !

Tasse à thé, mousseline, redingote et gossip. Tout l’esprit de la Régence anglaise hérité de Jane Austen."
 

pres2

Que vous dire, si ce n'est que je me suis régalée de bout en bout

Elinor est une jeune femme assez effacée, très cultivée, qui vit dans l'ombre de sa mère, Lady Louisa, une érudite. La jeune femme s'anime surtout lorsqu'elle peint, et que sa mère n'est pas là. C'est par hasard, en Bourgogne, qu'elle croise son cousin Theo.

Theo, lui, est la cinquième roue du carrosse familial. De moeur légères, il est mis de côté par son illustre famille, vivant de commerce d'art et de contrebande, prêt à tout pour assurer sa fortune.

Je ne décris pas les personnages secondaires, qui sont très hauts en couleurs eux aussi (je pense à La Marquesa, Louisa, etc). Car ce qui caractérise avant tout cette romance historique, c'est le côté atypique des personnages, qui change de l'héroïne attendant le prince charmant.

On entre tout de suite dans cette histoire, dont la trame est originale. En effet, Theo va entraîner Elinor à la recherche d'un calice... à caractère érotique! Bien sûr, l'auteure n'évite pas certains clichés (Elinor qui n'a pas encore découvert sa féminité, la relation qui se construit entre Theo et elle) et nous rappelle sans arrêt les liens de parenté qui unissent les deux protagonistes, ce qui donne, par exemple, "Voudriez-vous m'apprendre ce qu'est un vrai baiser, cousin?". On pourrait être choqué par cela, pourtant, à l'époque où se déroule l'intrigue, les mariages entre cousins étaient très fréquents.

Outre la romance, il y a derrière une véritable intrigue, puisque Theo et Elinor ne reculent devant aucun danger pour retrouver ce sulfureux calice. Le roman est même instructif, puisque j'ai appris une partie de l'histoire de Francis Dashwood et son "Club des feux de l'enfer" (les infos en français sur le web sont d'ailleurs quasi inexistantes).

Autre énorme point positif, le contexte: une bonne partie du roman se passe dans la campagne française. Nous sommes au début du XIXe siècle, et l'auteure évoque beaucoup l'art roman et les romans gothiques. 

Pour faire simple, j'ai eu un superbe coup de coeur pour cette romance historique, pleine d'humour, d'aventure, de suspens, aux héros atypiques et attachants. Il y a davantage de polissonerie que d'érotisme, c'est juste frais et léger.

Pour une fois, j'aimerais beaucoup qu'il y ait une suite!

Je remercie Romy pour cette très belle découverte.

Coup_de_coeur

Je le conseille: si vous voulez une romance historique qui change, avec une héroïne qui n'a pas froid aux yeux.

Passez votre chemin: si vous attendez un style à la Jane Austen.

Louise Allen 2009