DSCN0069

J'avais beaucoup aimé le premier tome de cette dystopie destinée aux 13 ans et plus. Quand la suite est sortie, je n'ai donc pas traîné pour l'acheter!

PRESENTATION:

"Ils sont quatorze, ils ont entre cinq et dix-sept ans, et ils se sont réfugiés dans un centre commercial pour échapper à une catastrophe écologique. Ils ont appris à s’organiser pour rester en vie. Mais cette solution n’est pas éternelle. Et, le douzième jour, ils ont décidé de se séparer. Alors que Dean a préféré rester dans le magasin avec Astrid et trois autres enfants, son frère Alex a décidé de risquer le tout pour le tout. Il part avec le reste de la bande. Leur but : atteindre l’aéroport de Denver avant le départ du dernier avion, tenter de retrouver leurs parents, et laisser cet enfer derrière eux. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Et ces deux semaines de cauchemar n’étaient en fait qu’un avant-goût de l’horreur tapie au-dehors… "

MON AVIS:

Je n'ai eu aucun mal à me plonger dans cette suite que j'attendais tant, même si au départ j'ai quand même eu un peu de peine à resituer certains personnages. Mais la mémoire m'est vite revenue.

La narration alterne entre Dean et Alex, chapitre après chapitre. Les deux frères se retrouvent chacun dans un groupe: Dean avec celui du centre commercial, Alex parmi ceux qui ont pris la route pour Denver.

Alors que les choses auraient pu tourner en rond comme cela arrive parfois avec les suites, Emmy Laybourne a su créer des nouvelles situations et des rebondissements qui viennent pimenter ce récit et lui donner corps. Le suspens et le stress sont au rendez-vous et comme pour le premier opus, quand je parle de stress, je n'exagère pas; j'avais vraiment l'impression d'être avec les personnages, à devoir affronter les pires situations.

On voit d'ailleurs les enfants et les adolescents évoluer, car forcément, ce sont des épreuves qui poussent à mûrir. Seul Jake m'a été antipathique, malgré quelques tentatives de l'auteure pour le rendre par moments un peu plus sympathique. Malheureusement, cela n'a pas suffit, car jusqu'à la fin, j'ai vu en lui le type opportuniste, accro aux médicaments pour planer au lieu d'affronter les situations.

Quant à la catastrophe et ses conséquences, Emmy Laybourne a une nouvelle fois pensé aux moindres détails: paysages ravagés, effets de l'air archi pollué sur les gens et les objets, nuit permanente, organisation pour survivre, etc.

C'est aussi un regard lucide qu'elle porte sur notre société: si la majeure partie des gens se transforment en monstres égoïstes en cas de catastrophe, il en reste tout de même une poignée qui ne perdront pas leur humanité. Et ces quelques personnages du livre m'ont beaucoup émue.

Mon seul petit bémol, c'est que finalement, la fin de ce tome arrive trop vite. Ce n'est pas bâclé, mais un peu précipité à mon goût. Et on comprend à la dernière phrase qu'il y aura un troisième volume. J'espère que les éditions Hachette le publieront rapidement!

Petit plus: le livre est agrémenté d'une nouvelle, à la fin, concernant ce qui arrive à Jake pendant sa mission. Pas indispensable, même si on comprend mieux un élément de l'histoire.

♥♥♥♥

Je le conseille: aux amateurs de catastrophes naturelles et des leçons à en tirer, aux personnes de 13 ans et plus qui aiment les dystopies pleines de rebondissements et d'émotion.

5ed5cc9284380ac1d188da