la-belle-et-la-bete-de-eloisa-james

Il y a un an, j'avais beaucoup aimé le premier tome de la série "Il était une fois". Malgré l'envie, je n'avais pas eu l'occasion de poursuivre la série, alors qu'il ne me manque que le dernier opus. J'ai pu réorganiser mes lectures et j'ai enfin pu lire "La belle et la bête".

PRESENTATION:

"À cause d’une malencontreuse méprise, la ravissante Linnet Thrynne est déshonorée. Sa tante trouve alors une solution : Linnet épousera Piers Yelverton, futur duc dont personne ne veut. Et pour cause : victime d’un accident qui l’a laissé boiteux et impuissant, il terrorise son entourage de ses fureurs dévastatrices. Puisqu’il n’a aucun espoir d’engendrer un héritier, il acceptera de donner son nom à une femme qui, pense-t-il, porte la vie.
Ce sera l’union de la Belle et de la Bête.
Sauf que Linnet est aussi pure que la blanche colombe et que son irascible fiancé est loin d’être un monstre..."

MON AVIS:

Je dois dire que les premiers chapitres m'ont un peu destabilisée. Je ne voyais vraiment pas où Eloisa James voulait m'emmner, j'ai parfois même eu l'impression, à cause du ton employé, qu'elle nous proposait une parodie de romance historique. Et finalement, l'intrigue s'est mise en place.

Je me suis très facilement prise au jeu de cette intrigue, qui ne rappelle le conte original que dans les grandes lignes. Linnet est une jeune fille très belle, mais elle a aussi beaucoup d'esprit. Elle se trouve prisonnière d'une situation qui lui a complètement échappée et se voit contrainte d'alller épouser ce futur duc, que tout le monde redoute. Mais sa force de caractère lui permet de tenir tête à Piers dès leur première rencontre. Piers est surnommé "la bête", mais pas pour son physique imposant. C'est un personnage cynique, parfois cruel et toujours direct. Malgré l'antipathie qu'il peut inspirer, on comprend rapidement que les aspects froids de sa personnalité ne sont qu'une carapace.

J'ai trouvé la trame de ce roman très réussie. On prend plaisir à voir naître la romance entre deux héros que tout oppose et à assister à leurs joutes verbales, Lynnet n'étant pas non plus dépourvue de cynisme. L'aspect psychologique est également présent puisque Piers et Lynnet vivent tous les deux avec un passé familial qui est la cause de leurs tourments et conflits intérieurs. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, puisqu'ils participent directement au roman. Enfin, même si on sait évidemment de quelle façon le roman va se terminer, on aime suivre le cheminement qui conduit au dénouement et se délecter des retournements de situation, qui densifient le livre.

Toutefois, quelque chose m'a fait me sentir parfois à côté de la plaque. L'auteure a choisi d'utiliser un vocabulaire qui est loin d'être révérencieux, faisant en sorte que les personnages appellent un chat un chat. Bien sûr, cela correspond totalement à la personnalité de Piers, mais je doute que les aristocrates du début XIXe s'exprimaient ainsi, et de fait, ce n'est pas ce que j'attends dans ce genre de roman. Sans forcément être écrit sur un style pompeux et ennuyeux, les personnages, par exemple, ne sont pas obligés de "baiser", de "contempler le cul" ou encore de lâcher un "merde, la salope!". Pour moi c'est hors contexte, ces mots devant être utilisés à l'époque surtout dans les milieux populaires. 

Il n'en reste pas moins que j'ai su apprécier "La belle et la bête", avec des personnages uniques, un paysage qui donne envie d'aller au Pays de Galles (le bassin creusé dans la roche, par exemple) et je poursuivrai la série avec plaisir.

♥♥♥

Je le conseille: pour les amatrices de romances historiques qui aiment voir les personnages évoluer et dotés d'une bonne part de cynisme.

 

P9042750