9782280311670

Je trouvais la couverture très fraîche, et la romance historique étant mon petit péché mignon entre deux lectures plus lourdes, c'est avec plaisir que j'ai accepté de lire "Une Duchesse idéale". Je remercie les éditions Harlequin pour leur confiance.

PRESENTATION:

"Quand, à la mort de son frère, le duc de Strathmere se retrouve en charge de ses deux nièces orphelines, l'effroi le saisit. Se sentant incapable d'assumer seul pareille responsabilité, il décide de convoler très vite et arrête son choix sur une jeune personne éminemment convenable. Belle et réservée, cette dernière, c'est sûr, fera une parfaite duchesse. Alors, pourquoi ne peut-il s'empêcher de lui préférer la très imparfaite gouvernante de ses nièces, que son rang lui interdit à jamais d'épouser ?"

MON AVIS:

"Une Duchesse idéale", c'est la petite romance historique charmante type. Très bien écrit, le roman nous transporte dans l'Angleterre de 1847, encore sous le joug des conventions sociales. 

L'héroïne, Chloe, ne comprend justement pas ces conventions. En effet, la jeune femme est Française et la révolution a littéralement balayé les têtes couronnées. Chloe est la gouvernante des nièces de Jareth Hunt, Duc de Strathmere, lequel n'apprécie pas son audaces et les libertés qu'elle semble prendre dans l'éducation des fillettes. Mais comme bien souvent, l'exaspération et l'attirance sont des sentiments qui se mêlent

J'ai beaucoup apprécié cette petite histoire simple, que j'ai lue en deux soirées. La trame est bien trouvée et même s'il y a un manque d'originalité, le roman est si bien écrit que l'on se prend de suite au jeu. 

J'ai aimé la personnalité de Chloe, qui se fiche bien de savoir ce que l'on pense d'elle. Sa seule préoccupation réside dans le bien-être de Rebbecah et Sarah, les nièces du Duc, qui sont orphelines. La fraîcheur de Chloe m'a particulièrement plue, dans un univers où les héroïnes sont souvent tributaires du qu'en dira-t-on. 

Le Duc, quant à lui, même s'il est évidemment très séduisant, n'en est pas moins horripilant. Très soucieux de son rôle ducal, il prend les règles sociales très à coeur, secondé par sa mère, particulièrement impitoyable.  C'est évidemment ce qui donne de la consistance à l'intrigue et c'est avec ravissement que l'on voit Jareth s'ouvrir peu à peu. 

En somme, c'est une petite lecture parfaite pour se détendre et laisser parler son coeur de midinette un peu rebelle. Les seuls reproches que je pourrais adresser à l'auteure sont une fin trop convenue et l'utilisation compulsive du mot "nonobstant". 

♥♥♥♥

Je le conseille: si vous voulez passer un agréable moment, sans prise de tête, dans l'Angleterre pré-Victorienne.

PA103557