LCAE_Visuel02_large

C'est en tant que Lectrice Charleston que j'ai eu la chance de lire en avant-première ce roman, qui paraîtra en 2015. L'époque et le contexte me parlant particulièrement, c'est sans aucune appréhension que je me suis lancée dans cette lecture.

PRESENTATION:

 "À 6 ans, Lavinia, orpheline irlandaise, se retrouve esclave dans une plantation de Virginie : un destin bouleversant à travers une époque semée de violences et de passions... En 1791, Lavinia perd ses parents au cours de la traversée les emmenant en Amérique. Devenue la propriété du capitaine du navire, elle est envoyée sur sa plantation et placée sous la responsabilité d'une jeune métisse, Belle. Mais c'est Marna Mae, une femme généreuse et courageuse, qui prendra la fillette sous son aile. Car Belle a bien d'autres soucis : cachant le secret de ses origines, elle vit sans cesse sous la menace de la maîtresse du domaine. Ecartelée entre deux mondes, témoin des crimes incessants commis envers les esclaves, Lavinia parviendra-t-elle à trouver sa place ? Car si la fillette fait de la communauté noire sa famille, sa couleur de peau lui réserve une autre destinée."

MON AVIS:

Kathleen Grissom nous convie dans la vieille Amérique Sudiste, celle d'avant la guerre de Sécession, quand l'esclavage n'avait pas encore été aboli.

Si vous pensez avoir affaire à une sorte d'Autant en emporte le Vent, oubliez de suite cette idée. Dans ce roman, il n'est pas encore question de l'abolition de l'esclavage, ni même de guerre, et l'héroïne n'a pas grand chose en commun avec Scarlett O'Hara, à part ses origines Irlandaises.

Lavinia a été "recueillie" par le Capitaine Pyke, après que ses parents, Irlandais pauvres, soient morts dans la traversée qui devaient les mener aux Etats-Unis. Ils n'avaient pas payé, c'est pourquoi Lavinia est recueillie comme servante et loge avec une famille d'esclaves. C'est à travers son regard et celui de Belle, qui s'occupera de Lavinia comme une mère, que nous suivons sur plus d'une décennie les destinées des différents protagonistes.

C'est sous un jour nouveau que nous découvrons le dur quotidien de ces esclaves, auxquels on s'attache comme s'ils étaient notre propre famille. Nous ne pouvons ressentir qu'empathie pour ces femmes opprimées, impuissantes mais déterminées. La romancière fait de ce mélodrame un roman que l'on ne peut pas lâcher avant d'en avoir lu la dernière ligne. 

"La colline aux esclaves" est un roman puissant et magistral qui réunit des thèmes universels tels que l'amitié, le deuil, la famille ou encore les injustices. La narration est souvent ppoignante et s'achève sur un dénouement inattendu, qui arrive malheureusement trop vite. 

Nul doute que si vous lisez ce roman, les âmes de ces esclaves sudistes vous hanteront bien longtemps après votre lecture!

♥♥♥♥♥

Je le conseille: si vous souhaitez lire une magnifique fresque poignante.

unnamed (5)