9782081308633

Le sujet me promettait du rock, il ne m'en fallait pas davantage pour avoir envie de découvrir "Platine". Je remercie les éditions Flammarion pour leur confiance.

Présentation:

"Eva est en seconde. Elle ne vit que pour la musique, le rock. Un jour, ses grands-parents lui confient un sac de vieux disques vinyles ayant appartenu à son père biologique, décédé juste avant sa naissance. Bouleversée par ces disques, elle est exclue trois jours de son lycée après avoir agressé l'une de ses camarades. Trois jours qui lui permettent de réfléchir et de comprendre que ce père, dont elle partage la passion de la musique, fait bien partie d'elle et qu'elle doit accepter d'en faire le deuil."

Mon avis:

La vie d'Eva semble disjoncter du jour au lendemain, après qu'elle ait "perdu" dans le train le sac de vieuc disques que lui avaient confiés ses grands-parents. Sa mère a les nerfs à vif, Luc, le paria de la classe, ne la lâche pas et sa meilleure amie change d'attitude comme de chemise. Aussi, lorsqu'une camarade de classe l'insulte, Eva pète un plomb, et d'un geste, l'envoie à l'hôpital, ce qui lui vaut une exclusion de trois jours du lycée.

Vincent Brunner nous offre un roman vraiment sympa et se glisse avec talent dans la peau de son héroïne, la narratrice, une ado de 16 ans. Eva adore le rock et cultive un look un peu dark. Comme toutes les ados, ou presque,  elle passe par des pics de colère, la musique tient une place importante dans sa vie et elle est obsédée par sa ligne. L'héroïne a son caractère et cela pimente évidemment le roman. Les personnages secondaires sont également intéressants, ils ont chacun une personnalité bien affirmée, même si j'ai eu du mal avec la meilleure amie d'Eva. Même si l'histoire est plutôt simple, j'ai beaucoup aimé la trame, qui a su me surprendre à plusieurs reprises.

Mais la vraie force de ce livre réside dans le talent d'écriture de l'auteur, qui peut se targuer de posséder une plume fluide, mais qui fait mouche. J'ai beaucoup ri grâce à son style particulièrement drôle et imagé, que je ne retrouve que trop rarement chez un auteur masculin.

"Bon, ça y est, je suis arrivée. Je descends du train et je me dirige, en bâillant, et en me protégeant les yeux, vers le parking où Papi Giuseppe doit m'attendre. Et là, j'ai la confirmation qu'avec ce surnom de hobbits, je suis tout près de la vérité. Parce que si Frodon et toute sa bande de bonshommes rougeauds avaient une auto, ils auraient celle-là. Une petite voiture sans permis. Jaune pétant, quasi fluo."

Surtout, Vincent Brunner a le don de se glisser dans la peau des adolescents et d'enrichir son roman par diverses références culturelles, tout en sachant capter l'air du temps. Amatrice de rock également, j'ai pris plaisir à écouter à nouveau quelques morceaux de Radiohead et Artic Monkeys, même si c'est Nirvana qui est surtout au coeur du roman.

Une fois le dénouement arrivé, l'épilogue de m'a pas réservé de surprises, mais "Platine" reste un roman agréable à lire, même si, en tant qu'adulte, il ne sera pour moi pas inoubliable.

♥♥♥♥

Je le conseille: en premier lieu, aux ados fans de rock. Et pourquoi pas à leurs parents.

AVT_Vincent-Brunner_2909