11215073_741944512604858_2390004438838229500_n

Ce serait peu de vous expliquer à quel point ce roman me tentait! J'ai beaucoup entendu parler de "La Fille du train" sur la blogosphère. En plus d'avoir reçu les éloges de Stephen King lui-même, ce roman sera adapté au cinéma par Steven Spielberg. Je remercie les éditions Sonatine pour cette lecture.

Présentation:

"Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 Avec ce thriller psychologique exceptionnel, Paula Hawkins fait figure de révélation de l’année. Il vous suffit d’ouvrir ce livre et de vous laisser entraîner dans le piège paranoïaque et jubilatoire qu’elle vous tend et vous comprendrez combien cette publication fait figure d’événement."

Mon avis:

Si ce roman est en effet un très bon thriller, je n'ai toutefois pas ressenti le coup de coeur escompté. 

L'écriture concise de Paula Hawkins nous plonge sans mal dans cette intrigue menée à trois voix.  Trois personnages féminins nous donnent leur version des faits: Rachel, Anna et Megan. Le point commun de ces femmes, c'est qu'elles sont insupportables. 

Rachel, alcoolique, observe la vie des gens à partir du train qu'elle prend chaque jour pour aller faire semblant de travailler. C'est un femme qui a tout perdu à cause de l'alcool: son mari, son travail, sa dignité. C'est un personnage que l'on prend forcément en pitié, même si elle est parfois énervante et peu paraître sans aucune volonté de s'en sortir. Rachel a tendance à s'apitoyer sur son sort et il faut pouvoir supporter. Il n'en reste pas moins que l'on a sacrément envie de lui tendre la main. Elle va donc tenter de reconstituer ce qu'elle faisait le soir du meurtre de Megan. Seulement, ses souvenirs sont flous, et tout au long de ce roman, nous avançons avec elle dans le brouillard, tandis qu'elle tente de faire le tri entre la vérité et ce dont elle croit se souvenir. La police ne voit en elle qu'une affabulatrice et une alcoolique, ce qui ne l'aide pas vraiment. Megan, la victime, vivait donc à quelques pas de l'ancienne maison de Rachel. C'est une jeune femme que l'on découvre borderlin, au passé trouble. Je ne l'ai pas trouvée sympathique du tout, pour être honnête, même si les parties qui lui sont consacrées nous permettent d'avoir d'autres éléments en mains, plus concrets que ceux de Rachel Et puis il y a Anna, la nouvelle femme de Tom, l'ex-mari de Rachel. J'ai trouvé ce personnage très intéressant, tiraillée entre son amour pour Tom et sa haine viscérale de Rachel. Elle nous raconte les choses d'un autre point de vue, qui rythme davantage le récit.

C'est un récit plutôt lent, qui repose surtout sur les souvenirs des trois voix féminines de ce roman. L'ambiance et l'atmosphère lourdes jouent également un rôle à part entière et font que l'on s'accroche à cette intrigue, irrésistiblement attirés par le dénouement, qui nous tend les bras. Paula Hawkins maîtrise à la perfection le suspense qui nous tient en haleine jusqu'au bout.

Seulement, j'ai trop rapidement deviné qui était le coupable. Peut-être que j'ai trop réfléchi, à vouloir aller dans le sens inverse que les fausses pistes proposées par la romancière. Mais c'est vrai que du coup, je n'ai eu aucune surprise concernant l'identité du coupable. Même si jusqu'au bout, je n'ai pas su ce qu'il allait advenir des personnages, je dois bien le reconnaître.

En bref, sans être le thriller de l'année, "La Fille du train" est un roman absolument prenant et parfaitement bien écrit. L'atmosphère de paranoïa joue pour beaucoup dans notre addiction à ce livre, et vous ne regarderez plus vos proches de la même manière.

♥♥♥♥

Je le conseille: si vous aimez les thriller qui savent vous captiver, par leur ambiance intriguante et singulière.

31GIRLJP-master675