P9130229

Il y a des auteurs, comme ça, qui font partie de ceux que j'ai envie de découvrir. Michael Cunningham n'échappe pas à la règle et dans ma bibliothèque perso m'attend déjà le roman "Les heures". Lorsque Belfond m'a proposé de lire son dernier roman, "Snow Queen", j'ai forcément sauté sur l'occasion. Je remercie la maison d'édition et Claire pour leur confiance.

Présentation:

"Avec toute la grâce et la subtilité qu'on lui connaît, Michael Cunningham nous offre une nouvelle plongée dans le New York des âmes perdues, l'histoire poignante d'hommes et de femmes en quête de transcendance, à travers l'amour et l'art.

Un soir de novembre, alors qu'en pleine déprime amoureuse il traverse Central Park, Barrett est témoin d'une lumière mystérieuse, un moment fugace de beauté pure, un instant suspendu, comme si quelqu'un, quelque part, le regardait avec bienveillance.


Une lumière qui lui évoque son frère, Tyler, cocaïnomane, musicien talentueux qui n'a jamais percé ; Beth, la fiancée de Tyler, qui se meurt d'un cancer ; Liz, leur amie commune, leur presque mère.

Une lumière qui illumine aussi ses propres failles, ses ambitions ratées, ses amours déçues.

Une lumière comme une manifestation du sublime. Comme l'amour qui, malgré tout, unit ces êtres blessés. Ou le rappel que, si le temps passe et les rêves aussi, reste la tendresse..."

Mon avis:

Il y a de la nostalgie dans ce roman, également de la subtilité et l'espoir d'un avenir meilleur. Pourtant, la magie n'a pas opérée sur moi. 

Durant toute la première moitié du roman, j'ai eu vraiment beaucoup, beaucoup de mal à entrer dans l'action. Si l'on peut d'ailleurs parler d'action, car il ne se passe pas grand-chose, en définitive. On ne fait que passer dans la vie des protagonistes, de façon épisodique, entre 2004 et 2008. On effleure leur destin, sans jamais s'impliquer totalement, pour ma part, du moins.

J'ai trouvé le personnage de Barrett très intéressant. Ce dandy cherche l'homme de sa vie sans vraiment parvenir à le trouver, s'accroche aux signes du destin. Aussi, lorsqu'il voit, ou croit voir cette lueur en plein Central Park, ce non-croyant est alors pris d'une certaine foi. Les choses vont forcément s'arranger pour lui et ses proches, sinon, il n'aurait pas vu cette lumière, qui le regardait aussi. J'ai beaucoup aimé Barrett, que j'ai trouvé touchant.

En revanche, les autres personnages m'ont laissé de marbre, ou alors franchement énervée, comme Tyler, Liz ou Andrew. J'ai eu le sentiment, et cela n'implique que moi, que la drogue  (cocaïne et héroïne) était ici considérée comme faisant partie de toute vie normale et cela m'a laissé une sensation bizarre, vraiment.  Sans parler de la révélation qui survient plus tard, concernant Tyler et Liz, qui m'a achevée.

A part les passages de Barrett, je me suis plutôt ennuyée à la lecture de ce roman. La deuxième moitié a un peu plus captée mon attention, mais arrivée dans les dernières pages, l'ennui a repris le dessus. Je me suis dit: "Ok, tout ça pour ça.".

La plume de Michael Cunningham est pourtant gracile, pas particulièrement fluide, mais pas redondante non plus. L'écriture est délicate et l'auteur nous offre de belles pages sur New-York. Non, là où je n'ai vraiment pas accroché, c'est à la mentalité de pratiquement tous les protagonistes et au fait de traverser certains moments de leur vie sans trop savoir pourquoi. 

En bref, "Snow Queen" est un roman porté par une écriture très belle et délicate, ou l'espoir d'un avenir meilleur est très présent, ainsi que l'amour et la fraternité. Si  j'ai trouvé le personnage de Barrett très intéressant, aucun des autres n'a su me convaincre. La magie de ce roman n'a absolument pas opérée sur moi, pas à cause de l'auteur, qui est très doué, mais plutôt à cause de l'histoire, dans laquelle je n'ai pas réussi à entrer. 

♥♥♥♥♥♥

Je le conseille: je vous conseille surtout des chroniques plus positives que la mienne! L'avis de Sylire, qui pense que ce roman mérite d'être découvert, celui de Mylou qui a vu là un chef d'oeuvre,  et Le Livroscope, qui a été charmée. Pour ma part, je ne renonce pas à découvrir les autres romans de l'auteur.

Michael-Cunningham1