P9160280

Il est de ces romans que l'on vous propose et  vous savez d'emblée que vous allez forcément les aimer. Lorsque j'ai repéré "La drôle de vie de Zelda Zonk" dans le programme des parutions Kero, j'ai eu envie de le lire, d'abord parce que j'adore la couverture et ensuite parce que le sujet m'a immédiatement emballée. Je remercie la maison d'édition pour sa confiance.

Présentation:

"Foutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant…

Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?"

Mon avis:

Ce roman a reçu le Prix 2015 de la Maison de la Presse et je ne peux que comprendre pourquoi! Qu'il est bon de lire un roman si agréable, imaginé par une plume française pleine de délicatesse! Cela va être dur pour moi de bien en parler, car j'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé.

Pour tout vous dire, durant les cent premières pages, je n'ai pas trop su où la romancière voulait nous emmener. Le début est plutôt lisse; Hanna a son accident, survit alors que d'autres ont trouvé la mort, elle ne le vit pas franchement bien et sympathise avec sa voisine de lit à l'hôpital.  Puis les deux femmes sortent et reprennent leur quotidien. Et c'est là que les choses arrivent.

Hanna rentre chez elle et se rend compte qu'elle s'ennuie franchement dans sa vie. Elle est heureuse, elle ne peut pas le nier, mais il lui manque un petit quelque chose pour se sentir entièrement épanouie. Son mari est un écrivain à succès, ils élèvent ensemble la nièce d'Hanna, Patti, car sa soeur, Gail, hôtesse de l'air a un mode de vie bien particulier.  C'est d'ailleurs Gail qui va apprendre à Hanna que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marylin Monroe lorsqu'elle voulait passer incognito. 

Alors Hanna va se poser une multitude de question; si elle a survécu à son accident, n'est-ce pas pour prendre enfin sa vie en mains? Est-ce que cette mamie rencontrée à l'hôpital est Marylin? Est-elle vraiment heureuse avec son mari, en Irlande, où sacrifie-t-elle sa vie?

Je me suis totalement sentie embarquée dans cette histoire, qui m'a beaucoup touchée. Il y a bien entendu la trame, des plus originales; si Marylin n'était pas morte? Ce n'est finalement pas l'élément central du roman, mais je me suis surprise, comme Hanna, à feuilleter une biographie de l'actrice, que je possède. 

Les personnages sont très bien pensés et complexes, ce qui ne m'a pas empêchée de m'attacher à eux.  J'ai aimé les répliques souvent teintées d'humour. Je me suis souvent sentie comme avec une bonne copine.

"-J'ai dormi, dit Hanna. Et je viens de m'enfiler  un kilo de Cheerios.

-Suicide au sucre et à l'huile de palme, c'est bon ça... Tu viens à la boutique, cet après-midi?" 

 J'ai été touchée par Zelda, pleine de sagesse, j'ai adoré Gail pour sa personnalité hors normes, également Marsha. Hanna se sent perdue et jusqu'au bout je me suis demandée comment cette histoire allait se terminer, car elle doit faire face à des choix... et à sa place, impossible de savoir ce que j'aurais fait!

Ce roman parle de choix, de bonheur, d'épanouissement, d'amour, de passion. On voyage également, entre l'Irlande et Paris, les descriptions sont tellement bien faites qu'on a l'impression d'y être. Laurence Peyrin nous offre de très belles lignes sur les petites choses simples de la vie, que l'on ne sait pas toujours apprécier à leur juste valeur. 

"Ce qui me fait le plus peur, c'est de ne pas avoir assez du reste de ma vie pour voir tous les endroits du monde que j'ai envie de voir. La Grande Muraille de Chine, le Corcovado, Phuket. Les chutes d'Iguaçu. Bilan: ce n'est pas l'âge qui compte, mais le temps. Et on ne sait jamais de combien on dispose. Conclusion: il faut en profiter."

J'ai lu quelques avis de personnes choquées par la "moralité", d'autres déçues par la fin. Au contraire, je trouve que cela fait du bien, en littérature, de sortir des sentiers battus et des convenances, en conservant une note résolument optimiste. 

En bref, "La drôle de vie de Zelda Zonk" est un roman proche du "feel-good book", genre que j'apprécie. Servi par une plume fluide, tendre, gracile et drôle, ce livre  est unique et nous propose une trame des plus originales. J'ai été happée par cette histoire et la fin ne manquera pas de vous surprendre. Laurence Peyrin est résolument une romancière dont je vais guetter chaque nouvelle parution!

♥♥♥♥♥

Je le conseille: je dirais plutôt que je le déconseille si vous préférez les leçons de morale à la passion et la spontanéité. Sinon, lisez-le, tout simplement: ce roman est une réelle bouffée d'oxygène.

 

71fc0MNYzzL