PB110173

En amatrice de thrillers, notamment ceux qui mettent en scène des serial killer, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre, mi enquête journalistique, mi document, qui retrace la traque des premiers serial killer aux Etats-Unis,mouvement né, là bas, au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Je remercie les éditions Denoël pour ce livre très intéressant.

Présentation:

"Entre 1926 à 1930, dans une douzaine de villes à travers les États-Unis, un homme aux longs bras de gorille et au rire nerveux étrangle ses victimes avant de les disséquer au rasoir dans un simulacre d'autopsie. Prédicateur à ses heures, il parcourt le pays, une bible à la main. Il est le premier tueur en série errant que la nation ait connu. Des années plus tard, des crimes identiques sont commis à San Francisco, là précisément où tout avait commencé...
Alors que les docks noyés de brume sont le théâtre d'émeutes meurtrières, le «Gorille», ainsi que la presse le désigne, hante toujours les pensées du capitaine Charles Dullea, un des rares flics honnêtes d'une ville gangrenée par la corruption. Confronté à ces crimes inédits, assisté par une police scientifique en pleine évolution, Dullea va devoir modifier ses façons de penser et de faire pour résoudre l'énigme de ce puzzle sanglant, tandis qu'à Cleveland un certain Eliot Ness s'est lancé sur la piste d'un autre «Gorilla Man»...
À travers le récit hypnotique de la traque d'un des premiers serial killers modernes, l'auteur de Zodiac poursuit son exploration de la face sombre et violente de l'Amérique."

Mon avis:

Ce livre m'a quelque peu destabilisée, je dois le reconnaître. Je m'attendais à lire un document très prenant sur la traque du "Gorille", en réalité, Robert Graysmith nous livre une analyse poussée du San Francisco des années 20/30, rongé par la corruption et la pauvreté.

En fait, l'auteur évoque quatre tueurs bien différents. Le tout premier serial killer connu aux Etats-Unis, Earle Nelson, qui a ensuite fait des émules, dont le fameux "Gorille", dont on ne connaît l'identité qu'à la fin du livre. Mais il est aussi question de Franck Egan, un avocat véreux assoiffé d'argent et de pouvoir, qui n'hésite pas à tuer pour cela, de Slipton Fell, au physique très avantageux, séducteur, un homme qui est resté comme un gamin mais qui tue par intérêt.

Les parties consacrées à la personnalité et à la traque de ces assassins sont très prenantes et nous permettent de faire connaissance avec LE flic incorruptible de l'époque, Charles Dullea, qui mettra tout en oeuvre pour les retrouver et faire cesser la corruption. Ces chapitres se lisent vraiment tout seuls, même si certains détails sont quand même durs.

Mais avant tout, Robert Graysmith dresse un portrait de la société du San Francisco de l'époque. On comprend bien vite qu'en pleine récession, les gens sont pauvres, le taux de chômage énorme. Toute l'activité de la ville se concentre sur les docks, ou les ferries circulent encore pendant la construction du célèbre Golden Gate Bridge et du By Bridge. Il y a des bandits braqueurs de banques et tueurs de flics, mais surtout beaucoup de policiers corrompus, qui acceptent, par exemple, les bars clandestins ou maisons closes, à condition de toucher une partie du butin.

Alors bien sûr, c'est très intéressant, car Robert Graysmith maîtrise parfaitement son sujet. Il s'est immergé près des lieux qu'il décrit afin de mieux écrire, et il en résulte une enquête de grande qualité, l'auteur recréé à merveille le San Francisco de l'époque. Mais, et c'est ce que je trouve vraiment dommage, on est finalement assomés par trop de détails. J'ai vraiment trouvé certains passages presques soporiphiques, notamment en ce qui concerne les détails de la construction des ponts du fonctionnement des docks, du tramway, ou encore les détails concernant les montants perçus par les flics véreux. Ce n'était pas pour cela que ce livre m'a attirée et ces longues pages m'ont souvent ennuyée.  L'autre  bémol, c'est qu'une fois le "Gorille" arrêté, on ne sait pas s'il a été condamné à mort, interné, si ses proches savaient qui il était. Pas plus qu'on ne sait ce qu'est devenu Slipton Fell, condamné à la prison à vie. J'ai bien tenté des recherches sur Google, "pour des raisons de sécurité, la loi européenne interdit l'accès". Mouais.

En bref, "Gorilla Man" est pour moi une lecture en demie-teinte. Si la traque des tueurs concernés est captivante et le San Francisco de l'époque parfaitement recréé, j'ai trouvé que l'auteur avait trop le souci du détail, au point, de parfois faire chuter notre attention, sur les chapitres concernant la corruption et les détails sur la typographie de la ville.

♥♥♥♥♥♥

Je le conseille: si le sens du détail poussé et de l'enquête très approfondie ne vous effraie pas. Le contenu du livre reste très intéressant.

robertgraysmith