P1080662

Pour moi, Einstein était un génie lié à d'importantes découvertes en matière de physique, et prix Nobel. J'avais également en mémoire une photo d'un vieil homme tirant la langue. J'ai repéré ce titre, Prix du Meilleur Roman Français en 2013 et coup de coeur des libraires,  qui m'a donné très envie d'en découvrir un peu plus sur la biographie de la famille Einstein. Je remercie les éditions J'ai Lu pour leur confiance.

Présentation:

"«Les gens prétendent que je suis fou. Je suis le fils d'Einstein.» Début des années 1930. Eduard Einstein est interné à l'asile après une grave crise de violence. Il sera diagnostiqué schizophrène. Son père, Albert Einstein, est contraint à l'exil par le régime nazi. Il ne le reverra jamais. «Mon fils est le seul problème sans solution», avouera-t-il. Trois âmes tourmentées s'entrecroisent dans ce roman : celle de Mileva, la mère aimante et désemparée ; celle d'Eduard, le fils dément se sentant oublié et celle d'Albert, génie impuissant face à la folie de son fils."

Mon avis:

Ce roman biographique nous fait découvrir tout un pan méconnu de la vie d'Albert Einstein, qui n'est d'ailleurs pas le personnage central de l'histoire. Laurent Seksik s'est avant tout intéressé au fils cadet d'Albert et Mileva Einstein, interné à l'asile dès 1930, suite à une dépression qui a entraîné une schizophrénie.

J'ai trouvé ce livre très réussi et des plus captivants! A travers le drame d'Eduard, on apprend quels sont les éléments qui ont déclenché cela et comment Mileva et Albert Einstein ont vécu tout cela.  Selon une théorie, la schizophrénie d'Eduard lui venait d'un gène maternel; pourtant, il n'a pas été officiellement établi que c'était une maladie héréditaire. Mileva était une mère très (trop?) dévouée, qui a consacré toute sa vie à son fils. La personnalité de Mileva est plutôt complexe et intéressante. Elle avait les mêmes capacités intellectuelles que son ex-mari, pourtant, elle a préféré sacrifier sa carrière à sa vie de famille. Seulement, lorsque Albert Einstein a voulu s'établir à Berlin, elle a préféré resterà Zurich. Peu après, le couple divorçait. Le fils aîné, Hans-Albert, a pu faire sa vie, toutefois endoctriné dans une religion douteuse. Il rejoindra son père aux Etats-Unis pendant la guerre. Et soudainement, à vingt ans, Eduard a été pris d'accès de démence, s'en prenant physiquement à sa mère. Albert Einstein lui rendra visite à l'asile en 1933 et décidera finalement de rompre tout contact. 

Ce roman se concentre donc sur les sentiments des uns et des autres: le génie qui se sent démuni face à la maladie de son fils, le fils qui se sent abandonné par le père au point de le haïr et Mileva, qui gardera toujours une certaine rancoeur. C'est un roman à trois voix qui nous en dévoile beaucoup sur les blessures et les tragédies d'une famille qui avait l'intelligence des sciences mais restait faible sur le plan humain. Pourtant, on s'attache à ces trois personnages; il n'a pas été facile pour Albert Einstein d'abandonner Eduard, qu'il a aimé malgré tout, on comprend un peu Mileva et on souffre avec Eduard du rejet paternel. 

Le destin d'Eduard a été cruel à une époque où l'on faisait subir de mauvais traitements aux "fous". Il a terminé oublié de tous, excepté d'un biographe et d'un journaliste. On lui a fait subir des électrochocs, des overdoses de glycémie, la camisole de force et j'en passe. Il ne demandait qu'une chose: l'intérêt de son père. Lequel a toutefois tenté de l'emmener avec lui aux Etats-Unis; mais le gouvernement n'acceptait pas ce genre de personnes.

J'en viens à ce qui fait aussi la richesse de ce roman. Laurent Seksik nous décrit tout une époque: l'Europe en guerre, la folie nazie (Albert Einstein était considéré en Allemagne comme l'ennemi public n*1), la chasse aux communistes de la part des Etats-Unis. Albert Einstein se battait contre toute forme de racisme, d'antisémitisme, de ségrégation, il était également contre la bombe nucléaire, ce qui lui a valu d'être dans l'oeil de mire de J.Edgar Hoover, jusqu'à la fin de ses jours.

Le tout, malgré les sujets plutôt graves qui sont abordés, est écrit avec une plume légère et fluide. L'auteur parvient à nous passionner avec les drames personnels de la famille Einstein et réussit ce tour de force impressionniste de nous donner l'impression de faire partie du récit.

COUP DE COEUR DU BLOG!

♥♥♥♥♥♥

En bref, "Le cas Eduard Einstein" est un livre qui mêle habilement fiction et réalité. L'auteur nous fait découvrir un pan inconnu de la vie du grand génie que fut Albert Einstein à travers un roman à trois voix, mené d'une main de maître. Le contexte et l'époque jouent également un rôle très important et rendent le récit absolument passionnant.

3412655_fc7936f0-65db-11e3-9bfb-00151780182c_545x460_autocrop