IMG_0381

Je n'ai pas lu le premier roman de Sarah Lotz, "Trois", mais j'ai eu très envie de découvrir "Jour Quatre", avec son résumé prometteur et particulièrement alléchant. Un roman dont j'attendais de l'angoisse et des pages à tourner compulsivement. Oui, ça l'a fait! Je remercie les éditions Fleuve pour cette lecture addictive.

Présentation:

"« Bravo d'avoir choisi une Croisière Foveros, votre aller simple vers la Détente et le Plaisir ! le Plaisir ! le Plaisir ! »
La traversée s'annonçait tranquille, entre la piscine, les soirées cabaret et le bar à cocktails...
Mais une ombre plane sur le Rêveur Magnifique. Au quatrième jour, un incendie se déclare en salle des machines ; le paquebot est à la dérive. Communications extérieures : néant. Ce qui ne serait rien sans la présence d'un meurtre, les ravages d'un virus et l'apparition chronique de fantômes dans les couloirs inférieurs. Une Dame en Blanc, un ancien esclave et un enfant nu-pieds - tous nés du délire d'un médium halluciné, dont les prêches galvanisent les passagers... Livrés au hasard et à la panique, la croisière sombre dans le chaos.
Assurément, la Mort s'est invitée à bord.
Et elle s'amuse."

Mon avis:

J'ai vu passer quelques avis mitigés sur ce roman, et je comprends pourquoi. On accroche ou pas au style de l'auteur. Pour ma part, j'ai été immédiatement embarquée dans cette croisière de l'enfer.

Imaginez une croisière sur un paquebot de rêve. Les trois premiers jours sont idylliques. Le quatrième jour, un petit incendie se déclare, les moteurs du paquebot tombent en panne. Les secours n'arrivent pas, curieusement. Il n'y a plus d'électricité, les WC tombent en panne. Certains passagers et membres d'équipage commencent à voir des apparitions. Les jours passent, il faut s'organiser car les vivres commencent à manquer et les conditions d'hygiène sont déplorables, avec une épidémie de gastro en prime. L'instinct humain des passagers prend le dessus, il y a des bagarres, des pillages. Le rêve tourne au cauchemar.

C'est à travers sept personnages clé, dont on suit tour à tour le point de vue, que l'on apprend le fil des événements. Il y a Celine, la medium et son assistante, Maddie. Un blogueur, qui tente de prouver que Celine est un escroc. Il y a également Althea, une employée, Devi, un agent de sécurité, Jesse, le médecin,  Helen et Elise, deux amies suicidaires et Gary, un violeur. Il est très difficile de s'attacher aux personnages, car ils sont tous très particuliers et traînent des dossiers super lourds. Et pourtant, ce roman m'a rendue accro.

En fait, il ne se passe pas tant de choses que cela; l'ambiance prime sur l'action, car les passagers ne peuvent pas faire grand chose de toute façon. Alors ils attendent, dans le meilleur des cas, ils se battent pour leur survie, cela tourne parfois au désastre bien sûr et ils tentent de comprendre ce qu'il se passe. Pourquoi les secours ne viennent-ils pas? Le paquebot a-t-il dérivé? S'agit-il d'un complot? Sarah Lotz analyse finement la psychologie de ses personnages, dans leurs façons de réagir et d'appréhender la catastrophe. Chaque type de profil est étudié et présent dans le roman. 

Plus les jours passent, plus on ressent l'angoisse des personnages. Je n'ai pas été effrayée par les fantômes, mais davantage impressionnée par la situation qui devient de plus en plus inextricable au fil des pages. On sent que cela ne peut qu'empirer et surtout, impossible de lâcher le roman avant d'en connaître le dénouement.

Le dénouement en lui-même est surprenant, là encore on accroche ou pas. Cela peut paraître gros ou sacrément bien trouvé. Chacun est libre d'interpréter et de comprendre ce qu'il veut, ce qui fait aussi de "Jour Quatre" un roman original et qu'on ne pourra pas oublier de sitôt.  Pour ma part, c'est presque un coup de coeur, il s'en est fallu d'un rien (une fin peut-être plus explicite, des personnages un peu plus attachants) et j'espère que Sarah Lotz a d'autres histoires d'épouvante en prévision.

♥♥♥♥

En bref, JOUR QUATRE est un thriller fantastique addictif, nous présentant des passagers coincés sur un paquebot en perdition, avec des fantômes. Les comportements humains sont passés à la loupe et on ne lâche pas le roman avant la fin! Il faut se faire à l'écriture plutôt particulière et aux personnages pas spécialement sympathiques, mais assurément, on passe un sacré bon moment.

Sarah-Lotz-pic-p5