P6021790

Passionnée par l'histoire des Etats-Unis, un roman traitant de la ségrégation raciale à travers un fait historique ne pouvait que me tenter! Je l'avais repéré chez Pretty Books, c'est donc avec joie que j'ai accueilli la proposition de Babelio de me le faire découvrir! Merci à l'équipe ainsi qu'à Belfond pour cette superbe lecture.

Présentation:

"Inspiré de faits réels, et notamment de l'histoire de l'ouragan le plus puissant jamais recensé en Floride, un premier roman impressionnant. Portée par une tension permanente, une histoire de passion et de survie, dans un Sud rongé par le racisme.
Depuis le départ de Henry en 1917 pour les tranchées françaises, Missy Douglas n'a jamais cessé de penser à lui. Dix-huit ans plus tard, après avoir survécu à l'enfer et erré en Europe, Henry est de retour à Heron Key. Mais si l'homme n'a plus rien du garçon désinvolte de l'époque, la ville, elle, n'a pas changé : les Noirs subissent une ségrégation d'une violence inouïe. Parqués dans un camp insalubre, Henry et ses camarades vétérans cristallisent les plus grandes craintes et les plus folles rumeurs.

La tension monte encore d'un cran lors des célébrations du 4 Juillet. Là, sur une plage scindée où Noirs et Blancs sont dûment séparés, les festivités vont bientôt prendre une tournure tragique : la femme d'un notable blanc vient d'être victime d'une attaque sauvage. Un nom est sur toutes les lèvres : Henry.

C'est alors qu'éclate le plus terrible des ouragans. Dans une ville en plein chaos, Missy va tout tenter pour retrouver l'homme qu'elle aime."
Mon avis:
Comment rester indifférente à ce roman? C'est impossible!
Il m'a fallu un peu de temps pour bien rentrer dans l'histoire: la romancière prend le temps de nous présenter ses personnages et leurs secrets, leurs familles, leurs histoires personnelles et cela fait beaucoup de noms à retenir. On ne sait pas non plus tout de suite qui est noir, qui est blanc, et j'ai un peu eu peur avec la première scène (le bébé et l'alligator), finalement déterminante pour le reste.
Et puis, une fois habituée, j'ai réussi à me plonger pleinement dans ce roman, avide de ces pages qui me plongeaient dans une atmosphère de plus en plus lourde et pesante. En effet, Vanessa Lafaye dénonce la ségrégation et le racisme, si propres au Sud des Etats-Unis. Les vengeances contre les noirs sont légions, le plus souvent injustifiées, les lynchages sont légion et l'auteure revient sur ces vétérans de la Première Guerre Mondiale qui n'ont pas eu droit à leur prime et ont été parqués comme des animaux, pour travailler toujours plus dur, dans des conditions misérables. Au point d'être sacrifiés quand l'ouragan est passé sur les Keys.
Les descriptions de Vanessa Lafaye sont pleines de réalisme, on a l'impression de ressentir la chaleur moite qui pèse sur la Floride, on partage avec Missy, Henry et les autres l'angoisse qui est la leur, en se demandant jusqu'où la folie de la haine raciale va conduire les "Conchs", les autochtones.
Même si c'est une histoire qui se lit lentement, je n'ai éprouvé aucune lassitude lors de ma lecture. L'angoisse est très présente, on vit avec les principaux protagonistes et Vanessa Lafaye nous offre un premier roman fort réussi, éprouvant et émouvant, qui mérite d'être lu, ne serait-ce que pour découvrir un triste événement qui est à peine notifié dans les livres d'histoire aux USA.
En bref, DANS LA CHALEUR DE L'ETE est un roman saisissant, basé sur des faits réels, qui nous transporte dans la Floride des années 30, dévastée par le racisme et un ouragan. Un roman marquant!
♥♥♥♥♥

chai1sm-e1448830678658