13346882_898050016994306_6656384979398812560_n

En général, il ne faut pas s'y prendre à deux fois pour me proposer de découvrir davantage les Etats-Unis, à la grande époque des gangsters, des années 20 à 50.  Lorsque j'ai vu que le nouvel ouvrage de Diane Ducret s'arrêtait précisément sur cette époque, en mettant en avant ls grandes amoureuses des pires mafieux, je l'ai ajouté à ma wish-list. Et grâce à Babelio, que je remercie chaleureusement, j'ai pu le lire. Une chouette découverte!

Présentation:

"Elles sont meurtrières, frondeuses, séductrices, esprits rebelles et libres, elles ont choisi d'être des Lady Scarface, à la vie à la mort... De la naissance des bordels de Chicago à celle d'Hollywood, Diane Ducret nous plonge dans l'intimité des « fiancées de la poudre », les femmes du clan d'Al Capone et autres gangsters qui ont fait trembler le monde.


Chicago. Début des années folles.
Le Syndicat du crime n'est pas qu'une affaire d'hommes, il se conjugue aussi au féminin.
Elles sont fugueuses, frondeuses, parfois meurtrières, mais toujours rebelles. Elles s'appellent Mary Josephine Capone aliasMae, Ada et Minna Everleigh, les Impératrices du vice, Margaret Collins, la Fille au baiser mortel, Louise Rolfe, l'Alibi blond, Bonnie Parker, laJuliette au revolver, ou encore Virginia Hill, leFlamant rose : elles sont les compagnes d'infortune comme de gloire d'Al Capone, Clyde Barrow ou Bugsy Siegel, barons noirs des années de plomb qui ont fait trembler l'Amérique.
Traquées par le légendaire patron du FBI John Edgar Hoover, muses de la prohibition et de ses fêtes décadentes, elles n'ont rien à envier aux gangsters, l'intelligence et les talons hauts en prime.
Le crime ne paie peut-être pas, mais il séduit toujours. A partir d'archives déclassifiées du FBI et d'Alcatraz, de journaux de l'époque, d'entretiens avec des descendants et de documents inédits, Diane Ducret dévoile avec le talent qu'on lui connaît l'intimité de celles qui ont choisi d'être des Lady Scarface, à la vie à la mort..."

Mon avis:

Le livre s'ouvre sur la plus discrète et la plus mystérieuse de ces femmes évoquées ici. Mae, l'épouse du plus célèbre des mafieux: Al Capone. Mae sera le fil conducteur de l'ouvrage, puisque la plupart des gansters étaient liés à son mari; du moins, à l'époque évoquée, il avait la main-mise sur Chicago, jusqu'à son séjour en prison. On est d'emblée plongé dans le contexte et c'est un régal!

Diane Ducret remonte le cours de l'histoire et nous fait découvrir ces "fiancées de la poudre". Tout commence, à Chicago, avant les années folles, avec les Impératrices du Vice, les soeurs Everleigh, tenancières du plus grand et luxueux bordel de la ville, qui sera fermé, sous le coup des pressions puritaines. Puis Al Capone tient la ville, fait des émules. C'est la guerre des gangs, ça flingue tous azimuts, règlements de compte, bagarres... il y a souvent des femmes dans les parages, qui aident ou servent d'alibi, telles Louise Rolfe ou Margaret Collins, qui elle, sème la mort partout où elles passent. Tout ce monde se croise et fait ses affaires. Et puis, à part, il y a Bonnie&Clyde,  John Dillinger& Billie Frechette, qui s'aiment "à la vie, à la mort". 

3248806_HighRes-crop

Bonnie&Clyde

Comment ces femmes, à une époque où les moeurs étaient encore très strictes, notamment durant la Grande Dépression, en sont-elles venues à vivre ainsi, à aimer passionnément les  pires hommes et risquer leur vie, chaque jour? J'ai relevé un point commun: une enfance peu heureuse, souvent avec la mort d'un parent ou l'alcoolisme. Des femmes qui, en ces temps de crise, devaient chercher du travail, alors qu'il n'y en avait pas pour tout le monde et dont le goût pour l'aventure les a poussées vers des chemins extrêmes.

f7dbd6dbc97eb29781a20a607e3354b9

John Dillinger&Billie Frechette

J'ai dévoré ce livre, qui se lit comme un roman, avec passion. J'ai adoré suivre l'histoire de chacun de ses couples, pourchassés sans relâche par J.Edgard Hoover, séparés la plupart du temps par la mort ou la prison. On se prend même de sympathie pour ces criminels (c'est quand même là le tour de force de Diane Ducret) et le récit est tellement vivant qu'on a l'impression d'y être. Finalement, ce sont les Capone qui s'en sont le mieux sortis, même s'ils sont aussi les plus mystérieux de tous. Pendant ma lecture, je n'ai pas arrêté de me demander ce qu'étaient devenus les protagonistes, on a des réponses à la fin, et pour le complément, j'ai fait des recherches sur Google.

J'ai ressenti un gros coup de coeur pour ce livre, qui m'a captivée de bout en bout, de par son sujet et son contexte. L'auteure  s'est appuyée sur des documents d'archive et réussit pleinement sa mission de nous transporter au coeur de la pègre de Chicago, durant la Grande Dépression et m'a donné l'envie d'approfondir encore davantage mes connaissances sur l'époque!

En bref, LADY SCARFACE est une enquête passionnante sur ces femmes affranchies et éprises de liberté, dans les années 20 à 50, qui ont choisi de vivre auprès des plus grands gangsters de l'époque. Un livre fascinant, qui se dévore comme un roman!

♥♥♥♥♥

COUP DE COEUR DU BLOG!

diane-ducret_5174687