P7042029

En tant qu'amoureuse de la Big Apple de la première moitié du XXe siècle, je ne pouvais vraiment pas passer à côté de ce roman, qui m'a fait de l'oeil dès que sa sortie française a été annoncée.  Je remercie chaleureusement les éditions Piranha pour m'avoir permis de découvrir ce roman savoureux.

Présentation:

"La délicieuse histoire d’une jeune allemande exilée aux États-Unis qui va devoir trouver son chemin dans le New York des années 1930 avec une recette de gâteau pour seul bagage.

Pour l’empêcher de fréquenter l’homme qu’elle aime, le père de Marie décide de l’envoyer aussi loin que possible de leur petit village de Frise orientale : à New York, chez ses deux frères. Avec pour seuls bagages son cœur brisé et la recette secrète de son gâteau au fromage blanc, elle débarque à Brooklyn en ce froid mois de novembre 1932, à la fois fascinée et terrifiée par ce qui l’entoure. Elle est bien loin de se douter de l’incroyable destin que lui réserve le Nouveau Monde.
Des décennies plus tard, Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie la recette du cheesecake qui doit changer sa vie."
Mon avis:
Il était évident que j'allais forcément aimer ce livre! Il s'agit de la rencontre entre Marie, quatre-vingt dix ans, et sa petite-nièce, Rona. Marie vit à New-York depuis les années 30, contrainte de fuir l'Allemagne et la Frise Orientale à cause de son père, qui refuse de la voir fréquenter l'instituteur de leur village. Marie atterrit chez ses deux frères, qui tiennent une sorte de café dans lequel il se passe des choses pas très claires. Mais qu'importe. La jeune-femme va se lier d'amitié avec une autre exilée et faire découvrir à la ville entière son fameux cheesecake.
Des décennies plus tard, sa petite-nièce, Rona, débarque avec le plus jeune frère de Marie, pour fêter l'anniversaire de la vieille dame. Rona est paumée aussi bien professionnellement que sentimentalement. Marie va alors lui confier peu à peu son histoire et sa recette du cheesecake, en lui promettant que ce gâteau va lui changer la vie.  Rona n'y croit guère, mais elle n'a plus rien à perdre. En cherchant à comprendre ce qui est arrivée à la tante juive de Marie, pendant la Seconde Guerre Mondiale, Rona va effectivement comprendre qu'il est temps de se prendre en main.
C'est un très  beau roman plein de tendresse et de délicatesse, parsemé  évidemment de gourmandise. J'ai beaucoup aimé suivre les destins de Marie et Rona, les voir affronter leurs problèmes et évoluer, chacune à leur façon.  La vie de Marie m'a tout de suite passionnée, jusqu'au bout j'ai eu un doute sur la façon dont les choses s'étaient terminées pour elle. Il m'a fallu un peu plus de temps pour apprivoiser Rona, c'est seulement lorsqu'elle atterrit dans une charmante bourgade de Frise Orientale que je me suis attachée à elle, que j'ai eu envie de savoir ce qui allait lui arriver.
Il y a dans ce roman tous les événements qui font à la fois un bon feel-good, mais aussi une excellente saga familiale. La narration alterne entre les années 30 et 2003, on passe du New-York dela prohibition à la campagne Allemande de nos jours, avec toujours un sentiment de ravissement. Et bien sûr, on a envie d'une dégustation de cheesecake, c'est inévitable!
Toutefois, je n'ai qu'un bémol: la fin arrive un peu trop vite à mon goût, le dénouement est plié en quelques pages, sans rebondissement de dernière minute.  J'aurais aimé quelque chose de moins évident à deviner.
En bref, La Pâtissière de Long Island  est un chouette roman, résolument optimiste, délicieux et plein de charme. Un vent de légèreté, qui s'attache toutefois à des thèmes importants, comme les liens familiaux, l'exil, et les choix amoureux. A déguster sans modération!
♥♥♥♥

Sylvia-Lott-150x150