14553113_106333186512599_3817157196546834432_n

 

Présentation:

"Victime d’un cambriolage qui a mal tourné et au cours duquel son père a perdu la vie, Jane Calvetti, traumatisée, s’est repliée sur elle-même.

Mais cet été, elle a décidé de changer : elle ne sera plus cette fille sage et réservée. Elle veut sortir de sa coquille. Passer ses journées sur la plage avec ses meilleures amies. Et se laisser séduire par Handel, un garçon fascinant à la réputation sulfureuse.

À ses côtés, elle se sent plus forte et, pour une fois, capable de tourner la page et d’être heureuse."

Mon avis:

A la base, je n'attendais rien de spécial de ce roman, si ce n'est un bon moment de détente. Pour moi, il s'agissait d'une romance young adult et c'est dans cette optique que j'ai ouvert ce livre. Eh bien en réalité, c'est une histoire bien plus profonde que cela. J'ai d'ailleurs volontairement coupé la fin du résumé qui, à mon sens, en révèle trop. 

Jane est, en apparence, une ado comme les autres. Son entourage sait, pourtant qu'elle revient de loin, après avoir été victime d'un cambriolage qui a coûté la vie à son père. Traumatisée, la jeune fille a du mal à refaire surface et ne se souvient pratiquement de rien, refoulant ses souvenirs. Elle vit avec sa mère, une couturière très douée (et que j'ai adorée) et l'été, Jane passe ses journées à la plage avec ses meilleures amies: Michaela,  Tammy et Bridget. Cet été-là, quelques mois après le drame, Jane est bien décidée à aller de l'avant et de s'amuser. Elle espère trouver le garçon qui l'aidera à se sentir à nouveau vivante.

Ce garçon arrive, c'est Handel. Seulement, il a très mauvaise réputation et ses amies sont loin d'approuver l'histoire qui se tisse peu à peu entre les deux jeunes gens. Mais à ses côtés, Jane sent qu'elle peut enfin se laisser aller, malgré l'aura de mystère dont s'entoure Handel. 

Simple roman d'amour? Oh que non! Bien sûr, l'histoire entre Jane et Handel fait parfois faire des loopings à notre coeur d'artichaut, il y a des passages intenses, d'autres mignons. Surtout, on sent qu'un truc va arriver, une certaine tension s'installe, une chappe de plomb dans l'atmosphère, comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Jane et Handel. Je n'en dis pas davantage, évidemment. 

J'ai également trouvé très intéressants les passages entre Jane et ses amies, même si j'ai parfois levé les yeux au ciel. Je ne suis plus adolescente, donc parfois, j'ai été un peu agacée, je l'avoue. J'ai adoré le personnage de Bridget, d'ailleurs, une fille en or, qui ne juge pas, qui vit sa vie comme elle l'entend, tout en connaissant ses limites. Toutes les quatre sont finalement des adolescentes de leur temps, mais elles sont réfléchies.

Et puis le récit est ponctué de flashbacks, nous faisait revivre avec Jane cette soirée fatale du 19 Février, le cambriolage qui a mal tourné. Petit à petit, on fait certains rapprochements, on comprend peu à peu avec l'héroïne. 

"C'était étrange. De voir que les maisons, comme les gens, avaient une mémoire. "

J'ai trouvé l'approche de l'auteur parfaite. Avec une plume fluide et poétique, elle nous parle de deuil, de reconstruction, d'amour, de passion, de traumatisme. Le petit plus, c'est que j'ai été surprise par la fin, même si j'en ai un peu voulu à Donna Freitas car ce n'est pas le dénouement que je voulais. Et en même temps, écrire autre chose aurait été tellement trop facile!  Du coup, j'espère une suite.

En bref, si ce roman n'est pas un coup de coeur, il s'est avéré être une très belle surprise. Je le conseille dès 15/16 ans. 

♥♥♥♥

Je remercie Aude et La Martinière Jeunesse pour cette très belle découverte.

freitas_07_2777_001