15624679_1837973379811850_2401665142631694336_n(1)

Particulièrement touchée par les destins d'immigrés, attirée par la période évoquée (première moitié du XXe siècle) ainsi que par la superbe couverture, ce roman avait tout pour me plaire!  Je me suis donc embarquée pour la Big Apple des années 20 et je remercie les éditions Charleston pour cette lecture.

Présentation:

"1924.
Fuyant la Russie après le massacre de sa famille lors d’un pogrom, Lilian Leyb, vingt-deux ans, débarque à New York. Elle loue un demi-matelas dans un appartement surpeuplé et pouilleux du Lower East Side, souffle un travail de couturière dans un théâtre yiddish à une file de candidates, et, brûlant d’apprendre l’anglais, se récite des litanies de synonymes (petit ami : soupirant, jules, roméo), tirés du thésaurus offert par son ami Yaakov, tailleur, acteur, dramaturge – et Pygmalion.

Mais le jour où Lilian découvre que sa fille, Sophie, serait encore en vie quelque part en Sibérie, elle n’a plus qu’une obsession : la retrouver. Elle part, une carte de l’Ouest américain cousue dans son manteau, pour un périple qui commence dans un réduit du train express de Chicago. Et le conte traditionnel de l’immigrant va se métamorphoser en aventure d’exil, des bas-fonds du Jazz District de Seattle jusqu’au sauvage Alaska et au Yukon des trappeurs…"

Mon avis:

Pour tout vous dire, j'ai trouvé cette lecture franchement étonnante! Je m'attendais à tout autre chose et j'ai été surprise, à la fois en bon et en moins bon.

Lillian a fui la Russie, après le massacre de sa famille, lors de représailles anti-juifs. Accueillie à New-York par une lointaine cousine, elle comprend vite comment elle peut se faire une place dans la société et elle devient couturière dans un théâtre tenu par un impresario juif, dont le fils est fait se pâmer toutes les femmes.  Alors qu'elle commence à bien s'intégrer dans cette nouvelle culture, Lillian apprend que sa fille, Sophie, aurait survécu au pogrom et serait quelque part, en Sibérie, nouvelle terre promise pour les juifs. Aidée de son ami Yaakov, Lillian va se mettre en route pour un très long périple, dans le but de récupérer Sophie.

C'est une aventure à la fois intéressante et passionnante. On suit Lillian à travers son voyage et on veut savoir, jusqu'au bout, si elle va parvenir à atteindre son but. Seulement, Lillian n'est pas une jeune femme lisse; coucher ne lui fait pas peur, voler non plus. C'est ainsi qu'au fil des pages, médusés, on assiste aux choix auxquels se trouve confrontée Lillian, des choix très souvent discutables car, du début à la fin, c'est une femme déterminée, prête à tout. Pour ma part, je n'ai pas été particulièrement choquée, au contraire, j'ai trouvé que c'était très habile de la part de l'auteur d'avoir créé une héroïne vraiment à contrecourant et ses mésaventures sont certainement très crédibles, compte tenu de la place des femmes dans la société d'alors.

En revanche, ce qui m'a moins convaincue, c'est le style d'Amy Bloom. Une narration assez impersonnelle, qui fait que l'on reste extérieur au récit. A chaque fois que Lillian croise une nouvelle personne, on apprend ce que devient cette dernière, j'ai trouvé l'idée très bonne, mais il m'a manqué vraiment quelque chose pour me sentir concernée et cette narration assez spéciale m'a parfois gênée dans ma lecture, avec la sensation de me perdre dans les nombreuses digressions. C'est un parti pris de la romancière.

Si le voyage en lui-même et les personnages que rencontrent Lillian rendent la lecture agréable, la narration impersonnelle et décousue reste assez perturbante. J'en attendais autre chose. Ce n'est vraiment une déception, mais pas le livre de l'année. Un roman loin d'être léger, tantôt cruel, tantôt violent, avec une galerie de personnages des plus intéressants. A vous de vous faire votre avis!

♥♥♥♥♥

image (1)