16464004_109488972872386_4752093606049742848_n(1)

Je m'intéresse depuis quelques années déjà au mythe Marlon Brando. Je ne vais pas vous dire que j'admire le type, qui était quand même franchement infréquentable, mais son parcours et son talent sont incontestables. J'étais donc intiguée par ce roman, que j'ai pu lire grâce à la dernière sélection de la Masse Critique. Je remercie Babelio et les éditions Julliard pour cette lecture. 

Présentation:

"Qui ne rêverait pas de partir pour Tahiti sur les traces de Marlon Brando ?
Mêlant habilement les formes du biopic et du thriller, Anne Akrich déconstruit avec délectation le mythe du jardin d'Éden.
« Si Dieu ne s'était pas mis en tête de planter ce foutu jardin en Éden, on n'en serait pas là. Si, au milieu de ce jardin, Il n'avait pas fait pousser l'arbre de la connaissance, la femme n'aurait pas croqué dans le fruit et ne l'aurait pas tendu à l'homme. Tout le monde serait resté nu. On aurait continué à cultiver sagement la terre et à dompter les fleuves. Si l'homme-poussière et la femme-côtelette n'avaient pas entrepris de se venger en lançant la rumeur de l'Éden, leurs descendants n'auraient pas eu cette idée fixe : retrouver le jardin ! Ils n'auraient pas construit de beaux bateaux pour partir à sa recherche. Ils n'auraient donc jamais trouvé Tahiti, ni ne l'auraient baptisée ainsi : Paradis perdu. S'il n'avait pas été perdu, personne n'aurait songé à le retrouver.
Pas même Marlon Brando. »
À mi-chemin entre la biographie tragi-comique d'un monstre sacré du cinéma et le thriller introspectif, ce roman jubilatoire dynamite en un seul récit deux mythes toujours enracinés : le glamour hollywoodien et le paradis terrestre."

Mon avis:

Alors moi, avec un résumé comme celui présenté par l'éditeur, je m'attends à quoi? A une biographie romancée sur Marlon Brando. Je suis certainement une andouille. Je vous explique. 

Oui, il est bien question de Brando. Mais je vous remets le contexte: Cheyenne est scénariste, elle porte le même prénom que la fille de Marlon Brando, elle vient de Tahiti. Elle a une soeur jumelle et toutes les deux ont vécu un drame quand elles étaient petites. Un agent demande à Cheyenne d'écrire un scénario sur Brando, époque "Les révoltés du Bounty", tournage durant lequel il a fait la connaissance de Tarita, qui deviendra la mère de deux de ses enfants.

1136010-marlon-brando-et-l-actrice-580x0-3

Cheyenne s'envole donc pour Tahiti, sur les traces du Brando amoureux de cet île. Mais forcément, quand on s'intéresse de plus près à l'acteur, on découvre des choses pas jolies, jolies. Brando, c'était avant tout un homme qui s'est évertué à faire souffrir son entourage et il a plutôt excellé dans ce domaine. Un homme cynique, parfois violent, indifférent ou méchant. Pourquoi? Tout vient probablement de son enfance.  Mais Cheyenne ne s'en sort pas avec ce scénario, car les producteurs veulent vendre du rêve. Or, on ne fait rêver ni avec la mort, ni avec la vérité.

Alors à côté de cela, Cheyenne mène sa petite vie. Si l'on peut dire. Et c'est là que pour moi, ça ne l'a pas fait. J'ai l'impression d'être complètement passée à côté de cette partie du roman, qui se veut "thriller introspectif". Quand Cheyenne ne travaille pas, elle se rend avec sa soeur dans des fêtes, boit et se drogue. La narratrice nous explique que maintenant, Tahiti c'est ça. Limite on ne peut pas lutter. Je ne pense pas que l'auteure ait vraiment voulu banaliser la drogue, mais enfin... le discours ne m'a pas trop convaincue. Et puis sous l'effet d'une nouvelle drogue très puissante, Cheyenne et sa soeur décident de se venger du passé. Je n'ai pas réussi à démêler le vrai du faux. J'ai même trouvé que ça tournait un peu en rond et les protagonistes n'ont pas su me toucher. 

Je suis vraiment très embêtée, car je déteste dire que je n'ai pas aimé un livre. Je ne remets pas en cause le talent d'Anne Akrich, sa plume est même plutôt sympa, fluide et pleine d'humour. Mais c'est le personnage de Cheyenne, que je n'ai pas vraiment appréciée. En revanche, toute la partie sur Brando est vraiment passionnante, j'ai appris des tonnes de choses, notamment sur le flou concernant le meurtre du mec de sa fille. J'ai envie d'approfondir cela en lisant des biographies, du coup.

En bref, "Il faut se méfier des hommes nus" est un roman qui n'aura pas réussi à me convaincre. Si la partie biographique sur Marlon Brando est très intéressante, je n'ai malheureusement pas du tout accroché à l'histoire de la narratrice, entre vengeance, drogue, alcool et délires.

♥♥♥♥♥

AVT_Anne-AKRICH_375