product_9782207117194_195x320

Le thriller étant un genre qui m'attire de plus en plus, je me suis laissée tenter par "L'Oiseleur", paru le 6 Novembre dernier aux Editions Denoël, que je remercie pour leur confiance.

PRESENTATION:

"Seul point commun de ses victimes : une abondante chevelure blonde qui semble rappeler les plumes d’oiseaux dont il couvre leur corps… 

L’inspecteur Nils Trojan traverse une phase difficile. Divorcé, père d’une fille unique, il consulte en secret une fois par semaine la psychologue Jana Michels car il souffre de crises d’angoisse. En tant qu’inspecteur de la brigade criminelle, il ne peut se permettre de montrer le moindre signe de faiblesse. 
Un jour, dans un quartier populaire de Berlin, il trouve le corps d’une jeune femme, violemment assassinée. Elle a le crâne rasé, recouvert de plumes, et un oiseau mort a été placé à l’intérieur de la plaie mortelle. Avant que Trojan n’ait le temps de comprendre ce qui s’est passé, l’Oiseleur frappe à nouveau, laissant la même signature macabre. L’inspecteur comprend très vite que l’Oiseleur est attiré par les femmes jeunes, blondes, à l’épaisse et ondoyante chevelure… Exactement le portrait de Jana. Dès lors, un duel à mort s’engage entre Nils Trojan et le dangereux psychopathe. Max Bentow plonge dans les tréfonds d’une âme en proie à la folie et nous livre le thriller le plus haletant de l’année."

MON AVIS:

Ce thriller est à découvrir absolument, c'est le moins que l'on puisse dire!

J'ai été immédiatement happée par la plume addictive et efficace de Max Bentow. Son écriture, sans être nerveuse, est fluide et va droit au but, ce qui sied à merveille à l'intrigue concoctée par l'auteur.

On entre sans peine de plein pied dans l'histoire, grâce aux personnages principaux, auxquels on s'attache immédiatement, notamment Nils Trojan, le flic torturé, qui ne sait plus trop où il en est, souffre de crises d'angoisse et a entamé une thérapie avec Jana Michels.

Certes, l'idée du tueur en série n'est pas l'idée de l'année, et pourtant, je peux vous dire que le mode opératoire est aussi original (je dis ça parce que c'est un roman) que glauque. Je ne dévoilerai rien de ce que fait subir le tueur à ses victimes, mais un conseil, gardez le coeur bien accroché. 

On a envie de dévorer d'un seul coup ce thriller psychologique parfaitement maîtrisé et ficelé, l'auteur ayant pensé aux moindres détails, qu'il s'agisse du passé de ses personnages ou des quartiers de Berlin, que l'on visite par le même occasion. L'auteur a su créer un suspens haletant et intense, qui nous rend accro à cette lecture, dont on veut absolument connaître la fin. 

Et parlons-en, justement, de la fin; il m'a manqué un petit quelque chose, j'aurais aimé que les dernières pages soit davantage développées, MAIS on ne peut qu'imaginer qu'il y aura une suite (après vérification, il y aura bien une suite), qu'on a tout autant envie de dévorer.

"L'Oiseleur" est un thriller psychologique noir, ou l'ambiance joue un rôle important, au même titre que l'action et le suspens. Un titre qui ne manquera pas de ravir les amateurs de polar.

♥♥♥♥

Je le conseille: si vous avez envie d'un bon thriller aussi noir qu'addictif.

2812-max-bentow

L'Oiseleur (Der Federmann), traduit de l'Allemand par Céline Hostiou, Editions Denoël, 20,90€.