Aux Douceurs Littéraires

20 janvier 2017

Sphinx -Christian Jacq.

15876767_1048055585317122_5788397046239068160_n(1)

On connaît Christian Jacq pour ses romans qui retracent les destins des plus grands de l'Egypte Ancienne. Des romans que j'aime bien savourer, par périodes. Ici, l'auteur sort de sa zone de confort pour nous présenter un thriller, avec une belle phrase d'accroche: "Qui gouverne vraiment notre monde?". Je ne suis pas une adepte des théories du complets, mais les sujets soulevés me préoccupant, j'avais très envie de découvrir ce roman. Je remercie Mélanie et les éditions X.O pour leur confiance.

Présentation:

"ILS SONT NEUF.

Neuf représentants d’une confrérie mystérieuse dénommée SPHINX.

Neuf détenteurs des secrets de la vie, disséminés à travers le monde.

Neuf condamnés à mort par les nouveaux maîtres de la technologie, adeptes de l’argent-roi, dont l’objectif fait froid dans le dos : la prise de contrôle définitive du cerveau humain par les machines.

Depuis New York ces derniers ont engagé une traque implacable pour éliminer, un à un, les membres de Sphinx.

C’est compter sans la détermination d’un journaliste écossais, Bruce Reuchlin, redoutable enquêteur, prêt à prendre tous les risques  pour déjouer leur plan diabolique.

Pour Bruce, désormais, chaque pas est un danger de mort. Plus il avance dans son enquête, plus la question l’effraie :

QUI GOUVERNE VRAIMENT NOTRE MONDE ?"

Mon avis:

Laissez-moi vous dire une chose, ce thriller est tout simplement addictif!

Il faut tout d'abord s'habituer au personnage principal, Bruce, un écossais sanguin et bourru, ancien rugbyman qui picole pas mal, qui ne manie pas la langue de bois quitte à être parfois vulgaire. Bruce ne recule pas devant le danger, auquel ses enquêtes journalistiques le confrontent souvent. Sa femme et son fils y sont habitués, même si cette fois, Bruce semble avoir mis le doigt dans un sacré engrenage. En effet, à peine entend-il parler de la mystérieuse confrérie Sphinx que les membres sont assassinés, un à un. Membres qui se revendiquent détenteurs du secret de la vie. Gentils ou méchants? C'est ce que souhaite avant tout découvrir Bruce, selon qui la politique est un vaste gag puisque les chefs de gouvernements ne seraient que des pantins à la solde des véritables maîtres du monde. Le journaliste sera épaulé de son ami et patron, le milliardaire Mark, qui hérite subitement de l'empire familial après l'accident de jet dont est vicitme son père.

Une belle amitié unit Mark et Bruce et tous deux vont allier leurs forces pour tenter de découvrir la vérité. Pourquoi les membres de la confrérie sont-ils assassinés? Que viennent faire les groupuscules terroristes là-dedans?  Pourquoi le MI6 est-il également sur le coup? Qui sont ces tueurs professionnels qui collent aux baskets des deux amis? Et si le père de Mark avait lui aussi été assassiné?

Christian Jacq nous entraîne dans une intrigue rythmée, à travers Londres, New-York, St-Petersbourg, Florence et bien d'autres lieux du monde entier. Ses héros forment un binôme plutôt crédible, même s'ils se tirent parfois très facilement des situations les plus épineuses, semblant supporter aisément les décalages horaires, les épreuves physiques, les chocs engendrés par leurs découvertes. Mark étant milliardaire, on comprendra que l'argent ouvre beaucoup de portes. Quant à la fin, je ne m'y attendais tout simplement pas du tout!

Outre l'enquête palpitante, c'est avant tout le message que tente de nous faire passer Christian Jacq, qui est troublant. Que devient l'âme humaine face à toutes les hautes technologies? Sauront-nous nous révolter, si l'on veut faire de nous des robots? Ce n'est pas certain... 

"Vu de Chine, trois types de gouvernants cohabitent: les imbéciles, les menteurs et les manipulateurs. Nous, nous savons que la bêtise mène le monde; et plus le nombre d'humains augmente, plus la stupidité règne. Et comme le présumait Einstein, elle est l'unique ressource inépuisable. Pourquoi ne pas l'exploiter?"

Bien sûr, on est jamais loin de la théorie du complot et certaines choses peuvent paraître énormes. Certains parleront sûrement d'une vision pessimiste du monde, je pense, au contraire, que c'est réaliste et que Christian Jacq fait bien de tirer la sonnette d'alarme. Néanmoins, quand on est sensible au sujet (politique, technologies de pointe, société dans son ensemble), on ne peut s'empêcher, à la lecture de ce roman, de se poser plein de nouvelles questions qui ne sont pas forcément réjouissantes. On ne peut qu'en tirer ses propres conclusions... et ne pas cesser d'espérer.

En bref, "Sphinx" est un thriller qui réussit le tour de force d'être à la fois stressant et captivant. Même si la théorie du complot n'est jamais loin et que ça peut paraître parfois un peu gros, c'est un roman qui donne à réfléchir sur notre société actuelle, pratiquement gouvernée par la technologie.

♥♥♥♥

AVT_Christian-Jacq_9301


16 janvier 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #101

clqlv

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? et repris chaque semaine chez Galleane.

Je suis contente, car j'ai encore pas mal lu durant la semaine écoulée! Pourvu que ça dure ☺

Mon fils fête ses 4 ans aujourd'hui, c'est une jolie semaine qui s'annonce.

.Ce que j'ai lu la semaine passée:

ppm_medias__image__2016__9782226319418-x51cGXPKRAzL9782845639171FS

Excellente lecture avec "Le bazar des mauvais rêves", de Stephen King, puisque sur 20 nouvelles, il n'y en a que quatre auxquelles je n'ai pas adhéré. C'est un peu plus mitigé pour "La secte d'Abaddon": univers vraiment sympa, histoire prenante, mais alors des personnages qui ne pensent qu'au sexe, c'en est parfois too much. Et puis j'ai lu les 100 premières pages de "Sphinx", le nouveau roman de Christian Jacq, qui sort ici de sa zone de confort.

.Ce que je suis en train de lire:

9782845639171FS

Je poursuis donc le thriller de Christian Jacq et pour l'instant, j'aime beaucoup!

.Ce que je vais lire ensuite:

004122854

Pour la suite, ce sera une saga qui me plongera de l'Asie aux Etats-Unis, au début du XXe siècle. Hâte!!

.Le film de la semaine:

18451304

 

Et cette semaine, encore un Woody Allen! Total hasard, puisqu'il passait à la télé, mais depuis le temps que je voulais le voir, c'est chose faite! J'ai bien aimé, même si je ne voyais pas trop où ça allait nous emmener... et puis finalement... du Woody Allen, quoi ☺

A lundi prochain !

Posté par Cla S à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2017

La secte d'Abaddon (Aliette Renoir #1) -Cécilia Correia.

15801979_1652903645004049_6148356747783307264_n(1)

Cela faisait déjà un petit moment que je lorgnais sur cette série, dont j'avais entendu le plus grand bien dès sa sortie en grand format chez Rebelle. Il y a ensuite eu la réédition chez J'ai Lu, et là j'ai carrément trouvé la couverture magnifique. Mon homme m'a offert le roman et comme j'avais envie de lire un roman bit-lit, je me suis enfin décidée à le découvrir!

Présentation:

« En arrivant à Paname, les Allemands s’étaient rendu compte qu’une menace plus dangereuse qu’eux sévissait déjà. Ils laissèrent donc ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires. Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j’avais dû zigouiller des rongeurs, et encore... j’en avais horreur. Car je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu’importe l’espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar. Je devais donc braver mes peurs et affronter mon ennemi juré : le vampire. »

Mon avis:

Je voulais un roman bit-lit, je l'ai eu! J'ai plutôt passé un bon moment malgré quelques réserves sur lesquelles je reviendrai plus bas.

Tout d'abord, je me suis laissée surprendre par un rebondissement qui arrive dès le début du roman! Un événement qu'on a donc pas le temps de voir venir et j'ai trouvé ça vraiment bien, car l'effet de surprise est là. Du coup, comme je déteste spoiler, je ne peux pas vraiment parler de l'histoire en elle-même, mais plutôt de l'univers et des personnages.

Aliette est donc une jeune femme de 25 ans. Elle vit dans les années 40, sous l'occupation, à Paris. Si elle est chasseuse de vampires, elle n'en est pas moins froussarde et souffre de multiples phobies. A côté de ça, elle n'a pas sa langue dans sa poche et Aliette est un personnage plein d'humour, spontanée et rafraîchissante.

Le contexte est super bien trouvé aussi; associer l'occupation aux vampires, je trouve que c'était risqué, mais le pari est vraiment réussi et cela apporte un certain charme au récit. Durant l'intrigue, on est trimballés dans un Paris vintage, la plupart du temps de nuit et je trouve que Cécilia Correia a l'art de nous donner l'impression d'y être. J'ai également beaucoup aimé la mythologie qu'elle a développé autour des vampirs et du roi, ainsi que les révélations concernant Aliette. De bonnes bases, donc, une intrigue qui nous captive et un rythme bien soutenu, pour une entrée en matière vraiment intéressante.

Maintenant, j'arrive aux choses qui fâchent (j'ai pu voir que je suis pas seule pour le coup, ouf!). Comme je le disais, Aliette n'a pas sa langue dans sa poche et même si dans l'ensemble c'est drôle, parfois ça en devient lassant. Tout comme j'ai soupiré à de nombreuses reprises avec les "Ma chipie" (à une gosse de 8 ans ok, mais dans chaque phrase à l'attention d'une femme de 25 ans, euh...). Mais ce qui m'a surtout fait levé les yeux au ciel, ce sont les très, très, très nombreuses allusions sexuelles, au fil des pages. En fait, c'est simple, les personnages ne pensent qu'à ça, parfois même quand ils sont occupés à se battre. Et bien sûr, chaque mâle que croise Aliette a envie de se la taper (mis à part son frère et son père, heureusement). J'ai un peu frôlé l'overdose, j'avoue, car la plupart du temps, ça n'apporte rien au récit. Ce n'est que mon point de vue, mais en tout cas, ce n'est pas ce que j'attendais et ça m'a parfois semblé too much, du coup.

Malgré ce malus, je vais quand même lire la suite, qui est déjà dans ma PAL, et puis parce que Aliette reste quand même attachante. Et j'ai très envie de connaître la suite de ses aventures, en espérant que les personnages seront un peu moins obsédés que des ados libidineux, cette fois.

En bref, "La secte d'Abaddon" est une entrée en matière intéressante pour Les aventures d'Aliette Renoir. Un univers plutôt sympa dans l'ensemble ( quand on aime le genre ) et une histoire prenante, même si j'ai levé les yeux au ciel à plusieurs reprises à cause de répétitions ou scènes parfois agaçantes et dénuées d'intérêt.

♥♥♥♥♥

AVT_Cecilia-Correia_9823

 

10 janvier 2017

Le Bazar des mauvais rêves -Stephen King.

15894756_1040448122754494_8745204744481865454_n

Un nouveau Stephen King, forcément, je ne pouvais pas passer à côté!  Le maître incontesté propose ici un recueil de vingt nouvelles, exercice dans lequel il est généralement très à l'aise. Avec cette couverture absolument alléchante, j'avais très envie de découvrir ce que Stephen King nous avait réservé et je remercie Ophélie et les éditions Albin Michel pour ce super moment de lecture.

Présentation:

"Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds… 20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d’une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture."

Mon avis:

Eh bien pour commencer, je peux vous dire que globalement, je me suis ré-ga-lée! En effet, sur les 20 nouvelles, seules 4 ne m'ont pas convaincue. Histoire de goût personnel, sans nul doute.  On retrouve les thèmes chers à Stephen King, bien sûr: les monstres, les travers et les manies de notre société, une certaine forme d'humanisme, aussi. Des histoires dans l'ensemble vraiment bien travaillées, profondes et particulièrement sombres, bien que teintées d'espoir pour certaines et toujours avec une bonne dose d'humour.  Plutôt que de revenir sur chaque nouvelle, je vais vous parler de mes préférées de ce recueil.

♦♦♦

.Mile 81: une voiture surgie de nulle part est affamée d'êtres humains. Elle sévit près d'une aire de repos abandonnée et gare à qui s'en approche!  Une nouvelle qui fait un peu peur, surtout quand on la lit en attendant un train, dans une petite gare déserte (ce que j'ai fait, donc). Effet réussi.

.La dune: imaginez que vous vous promeniez et tombiez sur une bande de sable, sur laquelle apparaît un nom. Quelques temps après, vous apprenez que la personne ainsi nommée est morte. Et vous, accro, retournez chaque jour sur la dune, pour voir un nouveau nom s'afficher... Le dénouement m'a vraiment surprise!

.Sale gosse: un enfant diabolique qui traverse les décennies sans bouger d'un iota. Un enfant qui pousse les proches de sa victime vers une mort certaine.  Jusqu'au point de non retour. J'ai adoré!

.Une mort: changement de genre, ici, Stephen King nous emmène au temps des cow-boys et des saloons. Une petite fille a été retrouvée étranglée. Tout semble accuser un seul homme, dont la chapeau a été retrouvé sur les lieux du crime. Personne n'a de doute sur la culpabilité du suspect, personne sauf le shérif. Une chute que je n'avais pas vue venir!

.Après-vie: que se passe-t-il, quand on est mort? Le héros de cette nouvelle va le découvrir. Est-ce qu'on va au Paradis, au purgatoire? Est-ce que l'on se réincarne? La théorie explorée ici par Stephen King est très intéressante.

.Ur: et si votre Kindle vous ouvrait des portes vers des univers parallèles? Mettons 10 millions d'univers parallèles. Que feriez-vous? Je n'ai pas voulu refermer le livre avant de connaître la fin de cette histoire!

.Herman Wouk est toujours en vie: attention, cette nouvelle est très, très dure, j'ai failli pleurer à la fin. Stephen King est partie d'un fait divers: une femme a pris le volant avec un gros taux d'alcoolémie, après avoir embarqué avec elle ses nièces et son fils. Evidemment, un terrible accident a eu lieu, seul son fils a survécu. Il pourrait s'agir d'un suicide meurtrier. Stephen King a donc imaginé comment une femme peut en arriver là. Dur.

.Nécro: un jeune journaliste geek, en colère contre sa rédac en chef, écrit, pour se soulager, une fausse nécrologie la concernant. Elle meurt dans les minutes qui suivent. Coïncidence ou réel pouvoir? Jusqu'où ira-t-il pour le savoir? Addictif!

Voilà pour mes nouvelles préférées. Je pourrais aussi citer "Feux d'artifice imbibés", qui nous tient en haleine, ou encore "Mister Yummy" ainsi que "Le tonnerre en été" (à ne pas lire si le contexte politique actuel vous fait redouter une fin du monde imminente, car on cogite forcément!). 

Bref, durant les 600 pages, j'ai adoré découvrir ces morceaux d'histoires, agrémentés en plus des anecdotes de Stephen King. Un livre incontournable pour les fans, à découvrir pour les autres!

♥♥♥♥

064cf618-c84b-4c49-af11-c93d021b667f-2060x1236

09 janvier 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #100

clqlv

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? et maintenant coordonné par Galleane.

Et voici, tadam, ma 100e participation depuis la création de mon blog! C'est parti pour le petit bilan de la semaine.

.Ce que j'ai lu la semaine passée:

15803058_639140279581141_105951457303330816_n(1)15624679_1837973379811850_2401665142631694336_n(1)

15894756_1040448122754494_8745204744481865454_n

 

Une jolie semaine et je suis contente, car il y avait un moment que je n'avais pas autant lu! J'ai donc dévoré une aventure d'Alice, " Alice et le fantôme de la crique", que je n'ai pas chroniqué car la plupart des Alice ne sont plus édités. J'ai ensuite lu "Ailleurs, plus loin", d'Amy Bloom, un roman vraiment intéressant mais malheureusement porté par une écriture impersonnelle et décousue. Enfin, j'ai commencé le dernier Stephen King, "Le bazar des mauvais rêves", un recueil de nouvelles et j'en suis à la moitié.

.Ce que je suis en train de lire:

15894756_1040448122754494_8745204744481865454_n

Je suis toujours plongée dans le dernier Stephen King, et j'avoue que je me régale! Certaines nouvelles sont axées fantastique, d'autres sont réalistes et cyniques. Pour le moment, il n'y en a que trois auxquelles je n'ai pas accroché et certaines font vraiment réfléchir.

.Ce que je vais lire ensuite:

51cGXPKRAzL

Je compte ensuite me lancer dans "Les aventures d'Aliette Renoir". Mon homme m'a offert le premier tome et le deuxième est déjà dans ma PAL. Cela fait un petit moment que j'avais envie de découvrir ce roman et j'ai hâte!

.Ce que j'ai visionné:

595346

Je n'ai vu qu'un film cette semaine (mais beaucoup de reportages pour les besoins de mon troisième roman), et quel film! Mon homme et moi avons passé un agréable moment devant de petit bijou esthétique, un film plein d'humour. 

J'ai essayé de regarder "Gatsby", avec Leonardo di Caprio, mais j'ai rapidement déclaré forfait. La mise en scène et la B.O anachronique ont eu raison de moi...

Et vous, vos instants culturels de la semaine?

Posté par Cla S à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


07 janvier 2017

Ailleurs, plus loin -Amy Bloom.

15624679_1837973379811850_2401665142631694336_n(1)

Particulièrement touchée par les destins d'immigrés, attirée par la période évoquée (première moitié du XXe siècle) ainsi que par la superbe couverture, ce roman avait tout pour me plaire!  Je me suis donc embarquée pour la Big Apple des années 20 et je remercie les éditions Charleston pour cette lecture.

Présentation:

"1924.
Fuyant la Russie après le massacre de sa famille lors d’un pogrom, Lilian Leyb, vingt-deux ans, débarque à New York. Elle loue un demi-matelas dans un appartement surpeuplé et pouilleux du Lower East Side, souffle un travail de couturière dans un théâtre yiddish à une file de candidates, et, brûlant d’apprendre l’anglais, se récite des litanies de synonymes (petit ami : soupirant, jules, roméo), tirés du thésaurus offert par son ami Yaakov, tailleur, acteur, dramaturge – et Pygmalion.

Mais le jour où Lilian découvre que sa fille, Sophie, serait encore en vie quelque part en Sibérie, elle n’a plus qu’une obsession : la retrouver. Elle part, une carte de l’Ouest américain cousue dans son manteau, pour un périple qui commence dans un réduit du train express de Chicago. Et le conte traditionnel de l’immigrant va se métamorphoser en aventure d’exil, des bas-fonds du Jazz District de Seattle jusqu’au sauvage Alaska et au Yukon des trappeurs…"

Mon avis:

Pour tout vous dire, j'ai trouvé cette lecture franchement étonnante! Je m'attendais à tout autre chose et j'ai été surprise, à la fois en bon et en moins bon.

Lillian a fui la Russie, après le massacre de sa famille, lors de représailles anti-juifs. Accueillie à New-York par une lointaine cousine, elle comprend vite comment elle peut se faire une place dans la société et elle devient couturière dans un théâtre tenu par un impresario juif, dont le fils est fait se pâmer toutes les femmes.  Alors qu'elle commence à bien s'intégrer dans cette nouvelle culture, Lillian apprend que sa fille, Sophie, aurait survécu au pogrom et serait quelque part, en Sibérie, nouvelle terre promise pour les juifs. Aidée de son ami Yaakov, Lillian va se mettre en route pour un très long périple, dans le but de récupérer Sophie.

C'est une aventure à la fois intéressante et passionnante. On suit Lillian à travers son voyage et on veut savoir, jusqu'au bout, si elle va parvenir à atteindre son but. Seulement, Lillian n'est pas une jeune femme lisse; coucher ne lui fait pas peur, voler non plus. C'est ainsi qu'au fil des pages, médusés, on assiste aux choix auxquels se trouve confrontée Lillian, des choix très souvent discutables car, du début à la fin, c'est une femme déterminée, prête à tout. Pour ma part, je n'ai pas été particulièrement choquée, au contraire, j'ai trouvé que c'était très habile de la part de l'auteur d'avoir créé une héroïne vraiment à contrecourant et ses mésaventures sont certainement très crédibles, compte tenu de la place des femmes dans la société d'alors.

En revanche, ce qui m'a moins convaincue, c'est le style d'Amy Bloom. Une narration assez impersonnelle, qui fait que l'on reste extérieur au récit. A chaque fois que Lillian croise une nouvelle personne, on apprend ce que devient cette dernière, j'ai trouvé l'idée très bonne, mais il m'a manqué vraiment quelque chose pour me sentir concernée et cette narration assez spéciale m'a parfois gênée dans ma lecture, avec la sensation de me perdre dans les nombreuses digressions. C'est un parti pris de la romancière.

Si le voyage en lui-même et les personnages que rencontrent Lillian rendent la lecture agréable, la narration impersonnelle et décousue reste assez perturbante. J'en attendais autre chose. Ce n'est vraiment une déception, mais pas le livre de l'année. Un roman loin d'être léger, tantôt cruel, tantôt violent, avec une galerie de personnages des plus intéressants. A vous de vous faire votre avis!

♥♥♥♥♥

image (1)

02 janvier 2017

C'est lundi, que lisez-vous? #99

clqlv

Tadam! Après presque deux ans d'absence à ce rdv hebdomadaire incontournable de Galleane, me revoici, prête à rempiler! Ce petit rendez-vous me manquait et je reprends là où je m'étais arrêtée, presque au centième rdv!  Je vais donc vous présenter à nouveau mes lectures passées, en cours et à venir, et comme je veux me motiver pour voir plus de films et de séries (j'en ai super envie, mais toujours mieux à faire, le cercle infernal), je vais également parler de ce que j'aurai visionné en cours de semaine (un film minimum, ce serait déjà chouette). C'est parti?

.Ce que j'ai lu la semaine passée:

14624397_1870812899830281_6380331285809725440_n(1)

 

Une magnifique découverte avec "De pourpre et de soie", un roman saisissant, surprenant, de ceux que l'on n'oublie pas!

.Ce que je suis en train de lire:

15803058_639140279581141_105951457303330816_n(1)

A l'heure où je programme ce billet (dimanche soir), j'ai décidé de commencer l'année avec une douceur d'enfant, un de mes nombreux "Alice". Bon, à la base, j'avais prévu de terminer 2016 avec et finalement je n'ai pas eu le temps. Il va me faire la soirée.

.Ce que j'ai envie de lire ensuite:

unspecified_large

Pour la suite, j'ai décidé de m'offrir un petit voyage dans les années 20... Je vous en reparle très bientôt ☺

.Côté films ou séries:

20492868

Lundi dernier, M6 diffusait "Epic: la bataille du royaume secret". L'occasion pour moi de découvrir ce film vraiment sympa, un peu écolo, qui nous a fait passer un très agréable moment!

Et vous, vos instants culturels?

Posté par Cla S à 09:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

31 décembre 2016

En route vers 2017!

large

Voici une nouvelle année qui s'achève! Je ne reviendrai pas sur les drames qui ont eu lieu , mon blog n'ayant pas cette vocation, même si, quelque part, la lecture constitue un bon refuge pour s'évader loin de notre société anxyogène.

Pour moi, 2016 a été très riche. D'un point de vue personnel (mais là encore, je sépare ma vie privée de ce blog), mais aussi professionnel, avec la sortie de mon premier roman, Les Lettres de Rose, et toute l'aventure extraordinaire qui a suivi. En plus d'en assurer la promotion et mes séances de dédicace, j'ai écrit dans la foulée mon second roman, La plage de la mariée (qui paraîtra en mars 2017). Bref, 2017 s'annonce intense de ce côté-ci! 

D'ailleurs, en 2017, c'est simple, j'ai envie de privilégier la notion de plaisir: que ce soit les moments passés en famille, les vacances, mes rencontres avec mes lecteurs et lectrices, mes loisirs. La bonne humeur sera au rendez-vous! Je commence l'écriture de mon troisième roman afin de prendre mon temps (j'ai écrit le second sur une très courte période, je me suis imposé un rythme qui m'a finalement épuisée) et me ménager des pauses détente: lecture, soirées films ou séries et jeux de société en famille ou soirées en amoureux seront davantage au rendez-vous!

Sur le blog, je me concentre toujours sur mes avis de lectures. J'arrête les chroniques des livres pour enfants, que je trouve finalement très répétitives. Mon fils a reçu tellement de livres que lui-même n'a plus su où donner de la tête et ce n'est pas le meilleur. J'ai envie de reprendre les "C'est lundi, que lisez-vous?".  J'ignore si je serai assidue chaque semaine, mais je vais tenter le coup. Pourquoi pas les bilans mensuels, je me tâte encore... Rdv fin janvier, si je me suis décidée.

En 2016, mon challenge Goodreads était de lire 60 livres, contrairement aux 100 de l'année d'avant. Je sentais bien qu'avec l'écriture, mon rythme de lecture allait baisser. J'en ai finalement lu 66 (67 avec ma lecture en cours à l'heure où je rédige ce billet). Il y a eu du bon, du moins bon aussi. Pour bien terminer l'année, voici les lectures qui m'ont le plus marquée:

12745718_734945633309143_6844706653557338431_n12524200_722811924522514_5700463863111240984_n12654197_729717027165337_293806156712377447_n12687799_729717010498672_337303304904557889_n13612233_807126292757743_4578372506860201089_n

148271_747112025425837_8062139912982923221_n12744601_736407183162988_9086042822744452961_n12792282_742457379224635_4224331721115166856_o12802990_740112609459112_8139130185029940772_n12923306_764830643653975_3128199609128480470_n13615054_807126919424347_7555006478920401185_n13466211_797147510422288_3486979895735521440_n12718257_743161305820909_8809497634389620465_n13754278_814404155363290_8349394152644436318_n13041269_773051759498530_3276362986440786578_o

14470402_854787401324965_694601502142308311_n15094270_885563251580713_6919575164929379707_n15822897_917520021718369_4839157057539991564_n14563351_858175020986203_5333501174855813561_n

Je ne peux que constater que mes romans favoris se divisent en plusieurs groupes: les secrets de famille/ la tendance feel-good/ des destinées dans l'Histoire. Il y a également du thriller et j'ai adoré découvrir les quatre premiers tomes de la série de romance historique "Les Bridgerton".

En 2017, j'ai envie de continuer sur cette lignée, mais de lire aussi davantage de thrillers, de fantasy, young adult ou bit-lit. Bref, j'ai envie de belles découvertes et de m'amuser!

A tous et à toutes, je vous souhaite une belle et douce année 2017! Read and have fun!

Posté par Cla S à 14:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

30 décembre 2016

De pourpre et de soie -Mary Chamberlain.

14624397_1870812899830281_6380331285809725440_n(1)

Peut-être vais-je donner la sensation de me répéter, mais les romans qui se situent durant la Seconde Guerre Mondiale m'attirent énormément. Encore plus lorsqu'ils traitent d'un destin de femme. C'est le cas ici, avec ce premier roman de Mary Chamberlain. La couverture et le résumé m'ont donné envie de le lire et je remercie les éditions Préludes de m'en avoir donné l'occasion.

Présentation:

"Londres, 1939. Quand Ada Vaughan commence à travailler au sein d’un atelier de mode de Dover Street, la belle jeune femme rêve d’une carrière dans la haute couture. Et d’échapper ainsi à l’atmosphère familiale pesante. Impossible alors de résister à l’énigmatique Stanislaus von Lieben, un gentleman entreprenant qui lui propose un voyage à Paris. Mais, à la fin de leur séjour, la nouvelle tombe : le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l’Allemagne. Découvrez la destinée d’une héroïne inoubliable prise dans les tourments d’une des périodes les plus sombres de l’Histoire. De 1939 à 1948, de la splendeur du Savoy aux ombres du camp de concentration de Dachau, entre passion, drame et espoir, Ada tentera de survivre à l’enfer. Dans la lignée des romans d’Anthony Doerr ou de Victoria Hislop, déjà traduit dans dix-sept pays, De pourpre et de soie est un livre qu’on ne lâche pas jusqu’à son saisissant dénouement.
Une histoire captivante. On ne peut que tomber immédiatement amoureux du personnage d’Ada : imparfaite, mais incroyablement vivante et ensorcelante. Saskia Sarginson, auteur de Jumelles."

Mon avis:

Eh bien quel roman! L'histoire d'Ada a réellement su me captiver!

Nous faisons la connaissance de la jeune-femme, dans le Londres de 1939. Ada est toute jeune, dix-neuf ans, à peine. Et très naïve. Aussi, lorsqu'un dénommé Stanislaus Von Lieben la séduit, elle ne cherche pas à en savoir plus sur lui; il la gâte, l'emmène dans des endroits chics et la soutient dans son ambition de vouloir ouvrir sa propre maison de couture. D'ailleurs, il lui propose un voyage à Paris, qui lui permettra de visiter les maisons célèbres, comme Chanel, entre autres. Ada n'hésite pas à mentir à ses parents et sa patronne, avant de prendre la fuite avec Stanislaus. Seulement,  à la fin du séjour, la guerre contre l'Allemagne nazie est déclarée. Ada et Stanislaus se retrouvent coincés et très vite, ils devront fuir vers la Belgique. C'est là que tout va basculer.

L'intrigue de ce roman est incroyablement bien traitée.  J'aurais beaucoup de choses à en dire, et en même temps, j'ai peur de trop en dévoiler. La vie d'Ada ira de péripéties en rebondissements, la jeune-femme ne sera pas ménagée. On découvre les bombardements en Belgique, les conditions de vie des prisonniers de guerre à Munich, puis à Dachau. On verra comment étaient traitées les femmes, après la guerre, lorsqu'elles avaient le malheur d'être belles et de faire tourner les têtes. Malgré sa naïveté, Ada est une battante, qui, une fois qu'elle s'est fixée un objectif, ne le perd pas de vue... Malheureusement, la vie la rend aussi vaniteuse et cupide, n'aidant pas sa destinée.

Mary Chamberlain nous offre ici un roman à la fois superbe et surprenant. La naïveté d'Ada m'a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois, au départ je lui en voulais un peu d'être parfois écervelée. Pourtant, la jeune-femme trouve toujours le moyen de rebondir, même si ses choix sont discutables. Elle devra d'ailleurs y faire face. L'auteur a su mener son intrigue de façon à nous passionner, en nous laissant découvrir les choses du point de vue de son héroïne. Et puis, d'un coup, nous comprenons que si Mary Chamberlain nous a fait vivre les ressentis d'Ada, il y a finalement d'autres sons de cloches. D'où un dénouement absolument surprenant.

En plus d'une intrigue parfaitement ficelée et riche, la romancière s'attache à nous en apprendre davantage sur le contexte historique de l'époque. C'est un roman parfaitement documenté, mais jamais assomant. Les passages concernant Dachau sont, à mon sens, les plus saisissants (même si la dernière partie réserve de sacrées surprises) et prennent encore plus de sens lors des révélations finales. C'est un roman inoubliable, assurément!

En bref, "De pourpre et de soie" est un roman aussi captivant que surprenant, qui nous entraîne de Londres à Dachau, durant les heures sombres de 1939 à 1947. Malgré une héroïne un peu trop naïve, on se laisse prendre par le suspens et le dénouement donne matière à réflexion.

♥♥♥♥

91SB78CLz9L

 

22 décembre 2016

Quintessence (Les larmes rouges #3) -Georgia Caldera.

15403544_1386235514733642_6611699069511270400_n(1)

Voici une trilogie que j'ai commencé à lire il y a quelques années, lorsque le premier tome était paru aux Editions du Chat Noir. Je l'avais remporté lors d'un concours et la plume de Georgia Caldera m'avait immédiatement séduite. J'ai patiemment attendu la sorti du tome 2, puis du dernier, qui clôt la trilogie. J'ai un peu traîné avant de le lire, je crois que je n'avais pas trop envie de dire au revoir à ce bel univers. Et en même temps, j'étais très curieuse de découvrir ce qui arrivait à Cornélia! Pour éviter tout spoil, je mets seulement le résumé du premier tome de la série.

Présentation:

"« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!"

Mon avis:

Eh bien chapeau, Georgia Caldera! Quel magnifique final!

Je n'ai pas envie de trop en dévoiler sur l'histoire, forcément, mais j'ai trouvé ce dernier tome si riche! L'affrontement final se prépare, Cornélia évolue (enfin, elle n'en fait toujours un peu qu'à sa tête) et surtout, on en vient enfin aux sources, avec le passé d'Avoriel mis en lumière. Cette partie m'a d'ailleurs captivée!

Il y a beaucoup de révélations, si bien que nous sommes tenus en haleine du début jusqu'à la fin! ! J'ai trouvé quelques longueurs, notamment le passage avec le Dissident, mais rien non plus qui plombe un récit toujours rythmé, qui réserve des surprises et des rebondissements. Un final superbe et magistral, à la hauteur des deux autres tomes.

Pour revenir sur la trilogie, ce que j'aime avant tout, c'est que la sublime Georgia Caldera nous plonge, grâce à sa plume raffinée, dans un univers onirique et fantastique. C'est romantique, sombre, gothique, ai-je envie de dire, mais pas dans le sens péjoratif du terme. Je pense vraiment au roman gothique du XIXe siècle, la touche de vampires en plus.

Alors si vous avez envie de découvrir cette magnifique série, n'hésitez pas à croquer dedans à pleines dents (elle était facile, ok), ne vous laissez pas impressionner par le nombre de pages, elles se tournent toute seules!

♥♥♥♥

georgia-2