Aux Douceurs Littéraires

24 novembre 2016

La libraire -Penelope Fitzgerald.

15101618_229669597462272_4966109485652246528_n(1)

"Rien ne semble troubler la paix de Hardborough, aimable bourgade de l’East Anglia. Mais Florence Green, une jeune veuve, a décidé d’y ouvrir une librairie, ce qui déplaît aux notables de la ville. Florence voulait créer innocemment un lieu de sociabilité inédit ; elle découvre l'enfer feutré des médisances. Puis l’ostracisme féroce d’une partie de la population. Surtout lorsqu’elle s’avise de mettre en vente Lolita, le sulfureux roman de Nabokov. Alors, la guerre est déclarée, les clans s’affrontent, les personnages révèlent leur acrimonie. Florence sera très seule pour affronter le conformisme ambiant."

Mon avis:

Avant de recevoir un communiqué de la part des éditions de La Table Ronde, je n'avais jamais entendu parler de la romancière anglaise Penelope Fitzgerald. Ce roman avait été précédemment publié sous le titre "L'affaire Lolita" et je dois dire que le résumé proposé par l'éditeur m'a mise en appétit.

Pourtant, en me promenant sur Babelio, surprise:  le roman ne bénéficie pas de critiques particulièrement élogieuses. Mon enthousiasme a donc été émoussé, mais je me suis tout de même lancée dans ma lecture.

Une ambiance feutrée et une écriture raffinée: voilà ce qui me vient d'emblée. Nous découvrons Florence, jeune veuve qui décide d'ouvrir une librairie dans le village où elle vit, Hardborough, bourgade engoncée dans des temps qui n'existent pourtant déjà plus, à l'aube des années 60. Pour cela, elle choisit de s'installer dans la maison hantée du coin. Le banquier n'est pas particulièrement enthousiaste, plusieurs personnes tentent de la dissuader. Elle est aidée par une gamine bizarre âgée de 11 ans et soutenue par un vieil original qui ne sort jamais de chez lui.

L'histoire est plaisante, certains passages sont truculents. L'auteur maniait à la perfection une certaine forme d'humour subtil.  L'ambiance qui règne (la communauté, le climat venteux, l'esprit "cogneur") est agréable si on apprécie ce genre d'atmosphère. Le problème, c'est que le reste est plutôt plat.

Les trop longs passages descriptifs m'ont souvent ennuyée. On nous annonce une guerre sans merci alors qu'en fait ce n'est qu'à demi-mots. Si l'intrigue est bien trouvée, le récit reste finalement linéaire et pas du tout inoubliable. C'est dommage, car dans l'ensemble, j'ai trouvé les personnages intéressants: Florence, à priori effacée et pourtant courageuse, qui a toujours la réponse qui fait mouche quand on l'attaque,  Mr Brundish, l'orginal ou encore la gamine, Christine.

Je pense que c'est une lecture à tenter pour les initiés. Ne vous attendez pas à de l'action, ni à un phrasé fluide. L'histoire vaut le coup, l'écriture ne séduira pas tout le monde, quant au dénouement... à vous de vous faire votre opinion sur la morale.

En bref, "La libraire" est un roman intéressant sur la difficulté de faire évoluer les moeurs dans un village replié sur lui-même. Malheureusement, j'ai trouvé certains passages descriptifs beaucoup trop longs.

23Schiff-blog427


22 novembre 2016

Une nouvelle chance -Debbie Macomber.

15035732_367524193589577_2756664105409445888_n

"Times Square, le soir du Nouvel An.

Lucie et Aren se rencontrent par hasard. Le coup de foudre est immédiat ! Mais très vite, un coup du sort les sépare, les laissant sans aucun moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est chef d'un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n'ont jamais oublié cette belle soirée – et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d'espièglerie…

 

Un roman romantique et plein d'espoir digne des plus beaux miracles de Noël !"

Mon avis:

A chaque fin d'année, mon coeur et mon cerveau ont comme une envie de tout ce qui est "choubidou". Alors forcément, quand j'ai reçu un Debbie Macomber, publié dans la collection Diva Romance de Charleston, je n'ai pas pu résister! 

Pas de doute, nous sommes bien ici dans une comédie romantique aux douces allures de conte de Noël.  Lucie et Aren sont victime d'un coup de foudre en plein Times Square, parmi des milliers de gens... Malheureusement, après une soirée magique, le destin les sépare. Ce qu'ils ignorent, c'est que des anges gardiens facétieux et espiègles sont prêts à tout pour les réunir. 

C'est un roman court, donc j'ai un peu peur de trop en dévoiler au sujet de l'histoire. J'ai passé un très agréable moment, même si mon cerveau, qui a du mal à se mettre en off, a bloqué sur un détail: puisque Lucie sait où Aren travaille, elle aurait pu se rendre sur place pour le retrouver. On nous explique ensuite que la jeune femme est très occupée avec l'ouverture de son restaurant et la santé de sa mère, donc, je pardonne volontiers.

Tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un bon moment: un peu de magie, du romantisme, un côté "doudou".  Si j'ai trouvé le roman trop court, j'ai adoré les interventions des anges. Parce qu'il faut savoir qu'ils sont plutôt gaffeurs et n'en font qu'à leur tête. Ils partent avec l'espoir d'améliorer une situation, ils ne font qu'empirer les choses, c'est très drôle. Même que souvent, tellement prise dans l'action, je me suis dit: "Noooon!! C'est pas possible!!". 

J'ai bien aimé suivre les héros et leur entourage, mais le format est trop court pour qu'on puisse s'attacher réellement à eux. C'est dommage, mais en même temps, c'est une lecture toute simple et sans prise de tête, qui donnerait d'ailleurs matière, je pense, à un petit téléfilm de Noël sympa .

En bref, "Une nouvelle chance " est un sympathique petit roman idéal pour la période des fêtes si on aime "les miracles de Noël ". Une histoire pleine de bonnes ondes, sans prise de tête. Pas inoubliable mais à savourer sur le moment, avec un bon chocolat chaud et des marshmallow.

♥♥♥♥♥

 

Debbie_Macomber_5099

 

 

 

19 novembre 2016

La Ballade de l'enfant-gris -Baptiste Beaulieu.

15035819_213944102386729_8222104156727410688_n(1)

"C’est l’histoire de Jo’, jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l’enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
Jo’ devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères.
 
Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l’un de ses jeunes patients, l’auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s’illuminent. Un magnifique troisième roman, porté par des personnages profondément humains."

Mon avis:

Si je connaissais le blog de Baptiste Beaulieu, je n'avais encore jamais lu ses livres. Pourtant, ce n'est pas faute d'en avoir entendu énormément de bien! J'étais donc très enthousiaste de me lancer à la découverte de ce docteur-conteur et je vais vous le révéler d'emblée: oui, ça l'a fait!

D'entrée de jeu, on sait que No' ne survivra pas à sa maladie. C'est un enfant victime d'une leucémie, que sa mère ne vient jamais voir, ou si peu. Le garçonnet se pose des questions, le personnel de l'hôpital conçoit du ressentiment envers cette maman indigne. Heureusement, Jo' est présent auprès de No' et une relation se noue entre eux.  Jusqu'à ce que se produise la déchirure.

C'est alors l'histoire de Jo', un trentenaire qui mène sa vie comme il le peut, qui se retrouve littéralement hanté par le fantôme du petit garçon. Un événement survient, Jo' a le déclic: il doit rendre No' à sa mère. C'est alors parti pour un road-trip, entre Italie et Jerusalem. 

il n'est pas facile de parler de ce livre, car il y a finalement plusieurs histoires dans l'histoire. Baptiste Beaulieu est doté d'une plume lyrique, souvent très imagée, il faut se faire à la narration  et oui, c'est un conteur au sens noble du terme. Il parvient à nous faire ressentir un véritable concentré d'émotions, on passe du rire aux larmes. Certaines scènes sont incrongrues, d'autres déchirantes.  C'est dur, c'est triste, mais c'est aussi beau et plein d'espoir.

"-Bien dormi, le gosse?

-J'ai rêvé jusqu'à l'infini!

-Ah... Et c'est quoi rêver jusqu'à l'infini?

-C'est trouver les beaux rêves qui n'ont encore été faits par personne."

Tout au fil du roman, j'ai absolument voulu connaître le fin mot de cette histoire. Le roman m'est parvenu dédicacé et l'auteur m'a dit que jamais je ne pourrais deviner la fin; c'était un sacré pari, puisque je devine justement très souvent et que cela me frustre. Eh bien, bravo, cher Baptiste, je n'avais rien vu venir!

La partie qui concerne la recherche de Maria est vraiment très, très prenante, c'est presque une enquête policière. Le côté initiatique m'a moins plu, ce n'est pas de la faute de l'auteur, c'est juste que ce n'est pas trop mon truc, en général. Et vraiment cette fin, bouleversante, inattendue!

Je remercie les éditions Mazarine pour cette très jolie découverte!

En bref, "La ballade de l'enfant-gris" est un roman à la fois beau, triste, mais aussi plein d'espoir. Porté par une plume lyrique et imagée, c'est un livre comme on en a jamais lu.

♥♥♥♥

201604230975-full

 

13 novembre 2016

Les cendres froides -Valentin Musso.

15094270_885563251580713_6919575164929379707_n

"Dix jeunes femmes enceintes, grandes et blondes, sourient à la caméra. Elles attendent les enfants illégitimes de la guerre, conçus avec un officier allemand. Aurélien découvre ce film lors du décès de son grand-père médecin, qui y apparaît. Quand le jeune prof cherche à en savoir plus, il reçoit aussitôt des menaces. Et une octogénaire est tuée chez elle, tout près de la maison dudit grand-père…"

Mon avis:

Cela faisait quelques années que j'avais envie de découvrir les romans de Valentin Musso, après en avoir entendu le plus grand bien. Il aura fallu que je le rencontre lors d'un Festival du Livre, auquel j'ai pris part en tant qu'auteur, pour me lancer. Je suis repartie avec deux de ses thrillers, dont "Les cendres froides". 

J'attendais beaucoup de ce roman, car mes lectures précédentes m'ont laissée un petit goût de frustration puisque j'avais deviné très rapidement les dénouements respectifs. Eh bien je n'ai pas été déçue! Valentin Musso a su me tenir en haleine jusqu'au bout.

Dans ce roman, deux histoires s'entremêlent. Il y a les découvertes que fait Aurélien, suite à la disparition de son grand-père, et nous découvrons également une autre histoire, qui se déroule en 1941. On entre tout de suite dans le feu de l'action. Valentin Musso part d'un fait historique, un pan assez méconnu de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et tisse une intrigue des plus captivantes autour d'un lourd secret de famille.  On suit également l'évolution de l'enquête criminelle autour de la mort de Nicole Brachet.

Aidé par une spécialiste des lebensborn, Aurélien va donc, en tentant de creuser les secrets de son grand -père, mettre à jour de terribles révélations, pourtant vouées à rester enfouies.  On se prend donc très rapidement au jeu, on suit Aurélien à travers sa quête et on tourne les pages en tentant de relier les éléments entre eux et en se demandant quel sera le dénouement. Et je n'ai absolument rien vu venir avant les quarante dernières pages!  

Aurélien est évidemment le personnage central, mais j'ai trouvé tous les autres parfaitement travaillés, avec une psychologie étudiée dans les moindres détails. Sans parler des passages qui nous renvoient à 1941 et qui nous donnent l'impression d'être nous aussi renvoyés à cette époque trouble. Pour moi, qui suis une passionnée de secrets de famille et de l'Histoire du XXe siècle, je peux vous dire que j'ai été servie par cette histoire  captivante et impossible à lâcher!

En bref, "Les cendres froides" est un roman à l'intrigue captivante, entre thriller et secrets de famille. Un suspense parfaitement maîtrisé qui en fait une lecture addictive!

Je recommande évidemment et je suis très impatiente de découvrir les autres romans de Valentin Musso, un auteur à suivre de très près!

♥♥♥♥

28040_mussovalentin2015johnfoley

08 novembre 2016

Mon imagier-flap des dinosaures -Chaekmajung& Soohee Lee.

IMG_0142

Je me souviens que pendant ma grossesse, quand j'ai annoncé que j'attendais un garçon, on m'a prédit qu'il s'intéresserait aux dinosaures. Le cliché.  Pas de signes avant-coureurs, pourtant... jusqu'à ce que... tadam! Cet album arrivé chez nous, Armaël, dévoré de curiosité, s'est mis à le feuilleter en demandant ce que c'était ce crocodile sur la couverture ☺

Bref, depuis, il aime bien, chaque jour, feuilleter cet imagier qui lui apprend tout sur les dinosaures: les différentes espèces, leur lieu de vie (mer, ciel, terre...).

IMG_0143

C'est un album avec des jeux, visant également à stimuler le vocabulaire et en tout plus de 160 flaps à ouvrir et découvrir.

Un album très pratique pour initier les enfants, donc, mais aussi très utile aux jeunes passionnés qui continueront forcément leur apprentissage en matière de dinosaures. 

IMG_0146

IMG_0147

IMG_0148

C'est un documentaire complet, ludique et forcément très attrayant! (et au passage, pas de sexisme ici, je suis certaine qu'il y a aussi des filles qui s'intéressent aux dino, non mais!).

IMG_0149

Je remercie Céline et les éditions Hatier pour ce très bel album.


07 novembre 2016

Mille et un bébés animaux -Julie Colombet.

IMG_0138

Le livre que je vous présente aujourd'hui est tout simplement irrésistible! Armaël étant le grand ami des animaux, je savais d'avance qu'il accrocherait. Je ne me suis pas trompée.

En effet, l'album invite l'enfant à découvrir en 3D l'univers  des bébés de neuf espèces animales.

C'est le bordel derrière, dis donc ^^

On apprend par la même occasion pas mal de choses, ce qui fait de ce livre un documentaire particulièrement intéressant: comment grandit le bébé renard? Combien de bébés peut avoir une maman poisson-clown en une seule portée? 

IMG_0140

Amusant, ludique et instructif, ce chouette album a été très vite adopté chez nous! Des dessins réalistes, des explications simples tout est là!

IMG_0141

Je remercie Aude et les éditions Seuil Jeunesse pour cette jolie découverte.

06 novembre 2016

Avec ou sans toi -Donna Freitas.

14553113_106333186512599_3817157196546834432_n

 

Présentation:

"Victime d’un cambriolage qui a mal tourné et au cours duquel son père a perdu la vie, Jane Calvetti, traumatisée, s’est repliée sur elle-même.

Mais cet été, elle a décidé de changer : elle ne sera plus cette fille sage et réservée. Elle veut sortir de sa coquille. Passer ses journées sur la plage avec ses meilleures amies. Et se laisser séduire par Handel, un garçon fascinant à la réputation sulfureuse.

À ses côtés, elle se sent plus forte et, pour une fois, capable de tourner la page et d’être heureuse."

Mon avis:

A la base, je n'attendais rien de spécial de ce roman, si ce n'est un bon moment de détente. Pour moi, il s'agissait d'une romance young adult et c'est dans cette optique que j'ai ouvert ce livre. Eh bien en réalité, c'est une histoire bien plus profonde que cela. J'ai d'ailleurs volontairement coupé la fin du résumé qui, à mon sens, en révèle trop. 

Jane est, en apparence, une ado comme les autres. Son entourage sait, pourtant qu'elle revient de loin, après avoir été victime d'un cambriolage qui a coûté la vie à son père. Traumatisée, la jeune fille a du mal à refaire surface et ne se souvient pratiquement de rien, refoulant ses souvenirs. Elle vit avec sa mère, une couturière très douée (et que j'ai adorée) et l'été, Jane passe ses journées à la plage avec ses meilleures amies: Michaela,  Tammy et Bridget. Cet été-là, quelques mois après le drame, Jane est bien décidée à aller de l'avant et de s'amuser. Elle espère trouver le garçon qui l'aidera à se sentir à nouveau vivante.

Ce garçon arrive, c'est Handel. Seulement, il a très mauvaise réputation et ses amies sont loin d'approuver l'histoire qui se tisse peu à peu entre les deux jeunes gens. Mais à ses côtés, Jane sent qu'elle peut enfin se laisser aller, malgré l'aura de mystère dont s'entoure Handel. 

Simple roman d'amour? Oh que non! Bien sûr, l'histoire entre Jane et Handel fait parfois faire des loopings à notre coeur d'artichaut, il y a des passages intenses, d'autres mignons. Surtout, on sent qu'un truc va arriver, une certaine tension s'installe, une chappe de plomb dans l'atmosphère, comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Jane et Handel. Je n'en dis pas davantage, évidemment. 

J'ai également trouvé très intéressants les passages entre Jane et ses amies, même si j'ai parfois levé les yeux au ciel. Je ne suis plus adolescente, donc parfois, j'ai été un peu agacée, je l'avoue. J'ai adoré le personnage de Bridget, d'ailleurs, une fille en or, qui ne juge pas, qui vit sa vie comme elle l'entend, tout en connaissant ses limites. Toutes les quatre sont finalement des adolescentes de leur temps, mais elles sont réfléchies.

Et puis le récit est ponctué de flashbacks, nous faisait revivre avec Jane cette soirée fatale du 19 Février, le cambriolage qui a mal tourné. Petit à petit, on fait certains rapprochements, on comprend peu à peu avec l'héroïne. 

"C'était étrange. De voir que les maisons, comme les gens, avaient une mémoire. "

J'ai trouvé l'approche de l'auteur parfaite. Avec une plume fluide et poétique, elle nous parle de deuil, de reconstruction, d'amour, de passion, de traumatisme. Le petit plus, c'est que j'ai été surprise par la fin, même si j'en ai un peu voulu à Donna Freitas car ce n'est pas le dénouement que je voulais. Et en même temps, écrire autre chose aurait été tellement trop facile!  Du coup, j'espère une suite.

En bref, si ce roman n'est pas un coup de coeur, il s'est avéré être une très belle surprise. Je le conseille dès 15/16 ans. 

♥♥♥♥

Je remercie Aude et La Martinière Jeunesse pour cette très belle découverte.

freitas_07_2777_001

05 novembre 2016

Père-Noël à la rescousse! -Ag Jatkowska&Barry Timms.

IMG_0131

Avec un enfant de trois ans et demi, difficile d'échapper à la magie des fêtes. Avec les magasins qui s'y prennent de plus en plus tôt pour les décorations et mises en place des jouets, Armaël a bien compris que le Père-Noël va bientôt rempiler et du coup il est à fond. En attendant, il patiente et feuillette sans relâche un joli album que nous avons reçu de la part des éditions Gründ.

IMG_0132

C'est la veille de Noël et il a tant neigé que la famille Ours est bloquée chez elle ! Heureusement, le Père Noël et ses petits amis vont tout mettre en oeuvre pour leur faire passer un Noël inoubliable !
Une histoire de Noël pleine de tendresse et d'amitié avec des volets à soulever sur toutes les pages, des enveloppes à déplier, et un magnifique pop-up.

IMG_0133

Je ne suis plus une enfant (enfin, parfois ;) ), mais je peux vous dire que je comprends pourquoi mon fils aime cet album! La première fois qu'il l'a ouvert, il s'est exclamé: "Waouh! C'est magique!". Et c'est bien là le truc: ce livre transmet toute la magie de Noël. 

Tout au long de l'album, Armaël aime ouvrir les volets (on peut même sortir une lettre de son enveloppe, par exemple), suivre l'histoire de ces ours et arriver jusqu'au pop up final, absolument magnifique.

IMG_0134

IMG_0135

C'est assez traditionnel et pour ma part ça me plaît beaucoup.... Je ne suis pas la seule. Les couleurs, les dessins, l'univers... tout est là pour passer un bon moment, que l'on soit petit ou bien grand! 

La coiffeuse passe mardi :D

Merci à Florence pour ce très bel envoi.

03 novembre 2016

La vieille dame qui avait vécu dans les nuages -Maggie Leffler.

14601104_878002152336823_7588394119189258454_n

****
Présentation
****
"Un roman sur le courage de ces femmes oubliées de l’Histoire qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont participé à l’effort de guerre.

A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu’elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l’a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu’à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin. 

A qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute ? La réponse arrive en la personne d’une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu’elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d’une amitié aussi belle qu’improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu’à l’émouvante révélation finale...

Ce roman est inspiré de faits réels — le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès."
****
Mon avis
****
C'est tout d'abord grâce à Fiona, du blog Pretty Books, que j'ai repéré ce roman. J'aime tout ce qui touche à l'histoire des USA et du XXe siècle en général, alors ce titre m'intriguait. Lorsque Babelio m'a proposé de le lire, je n'ai pas hésité un seul instant et je ne le regrette pas!
****
Avant de s'attacher à l'histoire des personnages, le roman nous présente une face méconnue de la Seconde Guerre Mondiale: les femmes qui se sont engagées en tant que pilotes. Elles ne faisaient pas partie de l'armée et leur rôle était tenu secret. Mary, l'héroïne de ce roman, était l'une d'entre elles. Au moment où elle pourrait recevoir la reconnaissance de la part du Président Américain, ses souvenirs affluent et elle va croiser le chemin d'Elyse, à qui elle va peu à peu confier ses secrets.

170218

Elyse, c'est une ado adorable qui n'a pourtant pas une vie facile: ses parents sont en pleine crise conjugale, sa mère ne voit même plus ce qui se passe dans son propre foyer. Elle m'a fait l'effet d'être une gamine un peu livrée à elle-même et j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour elle. Elle doit également gérer sa meilleure amie, ses déboires sentimentaux... Alors quand elle pousse la porte pour assister à un groupe d'écriture, elle s'attend à tout, sauf à tomber sur des personnes âgées. Dont Mary, qui va lui demander de rédiger pour elle ses mémoires.
****
Les deux histoires se mêlent donc. Dans les années 30/40, on découvre la force de caractère inouïe d'une jeune-fille qui va tout faire pour aller jusqu'au bout de son rêve.  Une femme passionnée, confrontée à des choix, parfois cruels. C'est un très beau voyage, pour nous, lecteurs, car on découvre vraiment un destin hors normes, non dénué de sacrifices. 
Il y a également l'intrigue contemporaine, la formidable amitié qui se tisse entre une vieille dame qui a trop longtemps vécu dans le silence et une ado qui a besoin d'extérioriser beaucoup de choses. 
****
C'est un roman qui est narré tout en fluidité,  une histoire forte et émouvante, parfaitement documentée. J'ai aimé ce beau voyage à une époque si particulière, apprendre l'existence de ces femmes pilotes, saliver à l'évocation des diverses spécialités culinaires juives et suivre l'héroïne à travers sa passion. 
Le seul point que je déplore, c'est que je n'ai pas été surprise par la "révélation", que j'avais devinée dès le départ. La qualité d'écriture est tout de même bien présente et le plaisir pas gâché pour autant.
Un petit bijou plein de douceur, à découvrir.
♥♥♥♥

AVT_Maggie-Leffler_3711

28 octobre 2016

Possédées -Frédéric Gros.

14723213_178321179(1)

Présentation:

"En 1632, dans la petite ville de Loudun, mère Jeanne des Anges, supérieure du couvent des Ursulines, est brusquement saisie de convulsions et d’hallucinations. Elle est bientôt suivie par d’autres sœurs et les autorités de l’Eglise les déclarent « possédées ». Contraints par l’exorcisme, les démons logeant dans leurs corps désignent bientôt leur maître : Urbain Grandier, le curé de la ville.
 
L’affaire des possédées de Loudun, brassant les énergies du désir et les calculs politiques, les intrigues religieuses et les complots judiciaires, a inspiré cinéastes et essayistes. Frédéric Gros en fait le roman d’un homme : Urbain Grandier, brillant serviteur de l’Eglise, humaniste rebelle, amoureux des femmes, figure expiatoire toute trouvée de la Contre-Réforme. Récit d’une possession collective, le texte étonne par sa modernité, tant les fanatismes d’hier ressemblent à ceux d’aujourd’hui.

Possédées figure dans la première sélection du Prix Goncourt."

Mon avis:

La rentrée littéraire et moi ne faisons généralement pas bon ménage. Pourtant, j'ai tout de suite été interpelée par ce roman, basé sur un fait divers ayant vraiment eu lieu.  J'ai décidé de le lire lors d'une lecture commune avec mon amie Ingrid, du blog Histoire du soir. Grand bien m'en a pris!

L'affaire des possédées de Loudun, c'est avant tout l'histoire d'un homme, d'un curé, Urbain Grandier, jugé trop gênant par ses contemporains. Pensez donc: nous sommes dans les années 1630, la France connaît des heures particulières et est régie d'une main de maître par Louis XIII et le Cardinal Richelieu. Alors un curé ouvert aux Protestants, pour le mariage des prêtres, qui ose s'opposer à Richelieu et qui engrosse la fille du procureur du roi, cela fait forcément beaucoup et certains ne reculeront devant rien pour l'accuser de tous les vices. 

Après une épidémie de peste dans la ville de Loudun, Jeanne des Anges, la mère supérieure du couvent de la ville, annonce que ses soeurs et elle sont victimes de possession. Les démons seraient commandés par Grandier lui-même, qui n'a jamais vu les nonnes de sa vie. L'occasion tombe à pic, et c'est parti pour un simulacre de procès.

"Et surtout, vous avez contre vous tous ceux qui ne sont ni pour ni contre personne et qui suivront, et qui croiront ce qu'on leur dit de croire. Ça leur fera récréation."

Je connaissais l'issue de cette affaire, puisque j'en avais déjà entendu parler, mais j'ai beaucoup aimé être immergée dans le contexte de l'époque. Frédéric Gros dresse avec justesse le portrait d'une ville de province, au XVIIe siècle, qui vit avec ses peurs et ses croyances. Le spectre de l'Inquisition n'est d'ailleurs pas si loin et bien ancré dans les mémoires. J'ai également beaucoup appris sur la personnalité de Grandier, même si certaines choses ont été très romancées, et surtout, j'ai trouvé très intéressant le profil psychologique de la mère supérieure, atteinte de sévères troubles du comportement.

Outre ces personnages, le contexte politique joue bien sûr un rôle important. Manipulations, menaces, tout était bon pour faire reconnaître coupable un curé un peu trop dérangeant,  en faisant passer une hystérie collective pour un cas de possession (manoeuvre qui n'était pas rare à l'époque). Ce roman nous donne cet horrible sentiment de se sentir impuissant face aux événements qui se jouent.

C'est saisissant, glaçant, et on se dit que finalement, ce fanatisme dépeint ici n'est si éloigné de  celui d'aujourd'hui.  

♥♥♥♥

Je remercie les éditions Albin Michel pour cette découverte.

Gros