P3051669

Si je ne lis pas beaucoup de romans dont l'intrigue se déroule sous l'Antiquité, celui-ci me tentait énormément. D'une part parce que j'aime découvrir de nouvelles cultures  et d'autre part parce que je trouvais qu'il était important de bien connaître ce pan de l'Histoire de Palmyre, site aujourd'hui menacé par les salafistes, qui ont déjà pulvérisé plusieurs monuments (j'ai appris aujourd'hui que l'armée syrienne a lancé une offensive il y a deux jours pour les déloger). Je remercie donc Mélanie et les éditions XO pour cette lecture très riche.

Présentation:

"La nuit où Zénobie vient au monde, au Ier siècle de notre ère, dans le désert de Syrie, non loin de Palmyre, une boule de feu déchire le ciel pour venir frapper la terre, faisant jaillir l’eau du sable et amenant l’opulence à sa tribu. Au même moment, un jeune officier romain, Aurélien, remporte victoire sur victoire, menaçant l’ascension de la princesse du désert.
Ainsi naissent les destins croisés de ceux qui, bientôt, se livrent un combat acharné pour le pouvoir suprême. Zénobie, reine de Palmyre, vénérée comme une déesse dans tout l’Orient, et Aurélien, Dux Majorum, qui ambitionne de devenir un grand empereur guerrier.

L’histoire d’une lutte passionnée et splendide."

Mon avis:

Si cette saga est parue en 2005 en deux volumes, j'ai eu la chance de recevoir l'intégrale, agrémentée d'une préface de Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe. Je ne vous cache pas que son lourd volume et ses 750 pages m'ont un peu effrayée, mais j'ai pris le temps et finalement, en une semaine le roman était lu. Une carte de l'époque nous aide à situer les lieux dans lesquels se déroulent l'intrigue, de Rome jusqu'à la Turquie, en passant évidemment par la Syrie.

Zénobie vient donc au monde par une nuit où une "étoile" tombe du ciel et créé le chaos dans la tribu des guerriers M'Toub. Finalement, cette boule de feu donnera naissance à un véritable lac, qui change la vie de la tribu. Pour le père de Zénobie, c'est le dieu Baalshamîn qui est responsable de tout cela et du destin de sa fille, une pure beauté dotée d'une intelligence vive. Pourtant, c'est un destin contrarié qui l'attend, ses grandes décisions et sa légende naîtront d'un triste amour, alors que plus tard, son peuple va la vénérer comme une déesse, grâce à son sens de la stratégie politique et guerrière.

Au même moment,  nous suivons le destin d'Aurélien, né sur les rives du Danube et que les dieux, selon sa mère, prédestinent à devenir Empereur Romain. Aurélien est un guerrier très fort, pouvant tuer jusqu'à mille hommes en un tour de main. Il fait fi de tout sentiment, malgré son amitié pour Maxime et sa propre soeur qui est aussi sa plus grande faiblesse. Zénobie et Aurélien vont finir par lutter tous les deux afin de savoir qui aura le pouvoir suprême sur leurs deux Empires.

A travers les destins croisés de deux monstres d'ambition, A.B. Daniel nous offre une superbe fresque historique, jamais ennuyeuse bien que foisonnante. Si les faits décrits n'ont jamais été avérés (il n'y a que peu de traces qui peuvent prouver l'existence de Zénobie), on plonge de plein pied dans le contexte et les moeurs de l'époque. L'auteur mêle habilement intrigues, jalousies, complots et peplum, nous entraînant dans cette saga absolument captivante.

Bien sûr, il y a pas mal de stratégie de guerre et quelques combats, il faut donc aimer cela, même si ce n'est pas ce qui prédomine le roman. L'auteur s'attarde surtout sur la personnalité d'Aurélien et Zénobie, comment ils ont tous les deux forgé leur propre légende qui fait que 2000 ans après on les évoque encore (même si, une fois encore je le répète, rien n'a été prouvé historiquement). Si les personnages principaux n'ont finalement pas grand chose de sympathique et se révèlent extrêmement durs, j'ai admiré leur volonté de se hisser au sommet et de poursuivre un seul et même but. Aurélien veut tout conquérir en écrasant le reste du monde, tandis que Zénobie, si elle voue une haine aux romains, refuse de massacrer les Chrétiens. Les personnages secondaires sont attachants, qu'il s'agisse de la nourrice de Zénobie ou du  Prince Whaballlat, par exemple. J'ai eu plus de mal avec l'entourage d'Aurélien, même si son destin est tout aussi captivant que celui  de Zénobie. Les pages se tournent vraiment rapidement et on imagine sans mal les scènes décrites par l'auteur.  Les rebondissements nous guettent jusqu'à la dernière page.

Et surtout, c'est un bel hommage rendu au site historique de Palmyre, que les salafistes veulent détruire. Comme le souligne Jack Lang dans sa préface: "Même si les nouveaux Zélotes croient en effacer la trace, Palmyre ne quittera pas l'imagination des hommes et Zénobie continuera à hanter leurs rêves."

14523460-palmyre-comme-si-elle-etait-restee-intacte

Une fresque passionnante et j'espère bien qu'il y aura des avancées historiques.

♥♥♥♥

En bref, REINE DE PALMYRE  est un roman historique riche et captivant, foisonnant et très  bien documenté. L'aspect romanesque prime sur les faits historiques puisqu'en réalité il n'existe que très peu de traces qui tendent à prouver l'existence de Zénobie, mais le contexte de l'époque est parfaitement recréé. Si vous aimez les livres qui mêlent sagas et anciennes civilisations, nul doute que les destins croisés de Zénobie et Aurélien sauront vous fasciner.

Baltassat-©-Hermance-Triay-3