16789752_1888506744765329_6733200181031862272_n(1)

Le thriller est un genre que j'affectionne, car il est souvent la garantie d'un roman qu'on ne pourra pas lâcher avant d'en connaître la fin. Je crois que c'est le genre auquel je résiste le moins, même si je n'en lis pas assez à mon goût. Naturellement, je n'ai pas pu dire non pour découvrir ce roman de Virginie Jouannet. Je remercie Mélanie et les éditions XO  pour leur confiance.

Présentation:

"Jeanne a oublié deux heures de sa vie.
Deux heures pendant lesquelles son compagnon a été poignardé.
À l’arrivée de la police, elle se souvient seulement s’être réveillée à ses côtés, dans une mare de sang.
Avant cela, rien.
Jeanne doit retrouver la mémoire.
Vite.
Quand commencent les appels anonymes, elle n’a plus le choix. Elle s’enfuit.
Au cours de sa folle cavale, il lui faudra dénouer les fils de son passé et faire face à une culpabilité d’enfance qui ne cesse de la ronger.

Avec Cavale, Virginie Jouannet nous entraîne dans la fuite éperdue d’une femme vers la liberté ; une femme épiée, traquée et victime de ses propres cauchemars. Un roman qui exprime, dans une langue lumineuse, la force cruelle des secrets."

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Jeanne, une héroïne assez atypique, une jeune-femme très perturbée. Un soir,  son compagnon est assassiné mais elle ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé. Elle tente donc de rassembler ses souvenirs, nous laissant ainsi apprendre quelques bribes la concernant. Son fiancé, David, était un trafiquant de drogue et la tapait régulièrement. Pourrait-elle l'avoir tué? Au bout de quelques jours, la jeune femme reçoit des appels anonymes de façon régulière. Au bout du fil, seulement une respiration. Elle se sent épiée, et puisque sa patronne décide de mettre fin à son contrat, avec l'argent planqué par David, elle s'enfuit au loin, direction Biarritz. L'occasion pour elle de rassembler ses idées, mais aussi de laisser venir ses souvenirs et ressurgir des scènes de l'enfance.

J'ai évidemment beaucoup aimé l'idée de départ, car on veut directement savoir ce qui a bien pu se passer. Virginie Jouannet choisit ses mots avec soin pour nous narrer l'histoire de Jeanne/Anne (Anne étant la soeur jumelle de l'héroïne, mais Jeanne se fera passer pour elle), mais aussi celle d'Emil, un personnage qui m'a beaucoup plu, le réceptionniste de l'hôtel où atterrit Jeanne, un Norvégien qui ne se fixe nulle part et bouge tous les six mois.

Si l'effet "page-turner" est au rendez-vous, quelques éléments m'ont toutefois un peu gênée. Je n'ai pas toujours ressenti une totale empathie envers Jeanne. Sa personnalité m'a parfois déplue (ses choix amoureux, son agressivité à certains moments, son orgueil) et j'ai trouvé ses moments d'introspection parfois un peu longs.  J'ai eu l'impression que l'on tournait autour du pot, je m'attendais donc à une révélation finale scotchante... et en fait, pour ma part, aucune surprise.

Je ne peux pas vous dire que je n'ai pas apprécié le roman, car ce serait faux. J'ai aimé l'ambiance, l'atmosphère opressante, le fait qu'on veuille résoudre avec Jeanne ce qu'il s'est passé le soir du meurtre de David, et aussi la plume travaillée de Virginie Jouannet. Il m'a surtout manqué des rebondissements.

En bref, thriller psychologique captivant, "Cavale" nous entraîne dans la lutte effrénée de Jeanne, qui tente de survivre à l'assassinat de son fiancé, trafiquant de drogue. Un véritable page-turner malgré de longs passages parfois trop introspectifs qui m'ont un peu ennuyée et un manque de surprises.

♥♥♥♥♥

Virginie-Jouannet-©-Philip-Conrad-photo12-681x1024