IMG_0782

Agnès Ledig fait partie de ces auteurs que j'avais très envie de découvrir cette année, à force d'en avoir entendu le plus grand bien. J'ai acheté "Juste avant le bonheur", avant d'apprendre que son dernier roman paraissait en mars. J'ai décidé de découvrir la romancière avec ce dernier opus et je remercie de tout coeur les éditions Albin Michel pour cette très belle lecture.

Présentation:

"Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ?
 
Avec la vitalité, l’émotion et la générosité qui ont fait l’immense succès deJuste avant le bonheur et Pars avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l’existence et du cœur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé."

Mon avis:

Ce roman a été pour moi une très belle surprise! Je ne vous cache pas que je partais avec de très bons à priori, j'étais quasi certaine que la plume d'Agnès Ledig allait me séduire, il n'en reste pas moins que j'ai été totalement charmée.

Tout se met en place rapidement, dans ce court roman. Par une nuit d'orage, Valentine est tranquillement en train de bouquiner dans son canapé lorsque des coups frappés à sa porte vont bouleverser sa vie. Derrière cette porte, il y a Eric et sa fille, Anna Nina, brûlante de fièvre. Sans trop de poser de questions, Valentine décide de les accueillir, le temps qu'Eric répare sa roulotte, endommagée par l'orage. Ce sont trois vies qui vont être changées, trois destinées qui vont se trouver et devoir s'apprivoiser.

On peut évidemment s'attendre à un roman d'amour. De l'amour, oui, il y en a , mais la romance en elle-même n'est absolument pas centrale. Il est aussi beaucoup question d'amitié, d'espoir, de reconstruction, de liens qui peuvent se tisser à travers les générations, de psychogénéalogie. Comment vous expliquer comme j'ai été touchée par ces personnages et en particulier par Valentine, qui a l'art d'enchanter le quotidien, en s'émerveillant parce que ses essuies-glace battent le rythme de la musique, par exemple? Par Eric et Gaël, qui ne savent plus où ils en sont, par Anna Nina, cette petite fille si vive et par Gustave, le grand-père idéal?  Agnès Ledig évoque avec talent ces petites choses simples de la vie, qui font beaucoup.

"Et la petite est un trait d’union entre vous deux, comme dans porte-plume, rendez-vous, faire-part, cerf-volant, perce-neige, porte-bonheur, soleil-levant. Les mots réunis par un trait d’union racontent une autre chose que pris séparément."

 

Bien sûr, cela peut parfois sembler convenu, mais ça ne fait de mal à personne. Il y a beaucoup de poésie et de délicatesse dans cette histoire belle, simple et qui fait du bien. La narration alterne entre Valentine, Eric et des faits passés , qui remontent à 1944... C'est un roman bienveillant, au phrasé magique et merveilleux. Prévisible, bien sûr,  et la fin arrive bien trop vite et n'est d'ailleurs pas une véritable fin, mais il n'en reste pas moins qu'on savoure ce titre, porteur d'un chouette message. Ce n'est pas un coup de coeur, mais en tout cas une très belle découverte qui me donne envie de découvrir les autres romans de l'auteur!

♥♥♥♥

En bref, ma première rencontre avec la plume d'Agnès Ledig m'a charmée! Malgré un côté très prévisible dans l'histoire, j'ai beaucoup aimé sa façon d'évoquer les petites choses de la vie et de s'émerveiller de ces petits riens qui font tout. Un roman à lire pour se faire du bien à l'âme!

Capture-decran-2016-02-29-a-16